Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Washington veut faire assassiner Poutine et faire tomber le gouvernement russe

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 7 Décembre 2014, 19:43pm

Catégories : #International

Le monde entier devrait en prendre bonne note : le peuple étasunien n’est capable d’élire que 10 représentants intelligents. 10 sur 435, c’est à dire 2%. Et pourtant, Washington s’autoproclame pays « exceptionnel », « indispensable » et détenteur du pouvoir d’exercer son hégémonie sur le reste du monde !

Cela ne doit donc surprendre personne de voir Washington, ses pressetituées et ses états-vassaux européens, faire usage de la même propagande mensongère à l’égard de la Russie et de Poutine que celle utilisée contre l’Irak et Saddam Hussein, la Libye et Kadhafi, la Syrie et Assad, l’Afghanistan et les Talibans, ou l’Iran. Washington craint la montée en puissance de la Russie et de la Chine, elle craint le leadership démontré par Vladimir Poutine, la formation de nouvelles organisations indépendantes de Washington telles que les BRICS. Tandis que le régime de George W. Bush a été sorti de route par sa « guerre de six semaines qui [devait] coûter 70 milliards de dollars », mais qui s’est révélée être, jusqu’à présent, une opération de 13 ans qui a coûté des milliards de milliards de dollars, Poutine lui a éjecté quelques agents étasuniens qui menaçaient la souveraineté russe et a reconstruit le pays.

Lorsque Poutine a bloqué les invasions étasuniennes en Syrie et en Iran, Washington a décidé qu’il fallait faire quelque chose contre Poutine et la Russie. Washington a dépensé 5 milliards de dollars pour acheter des politiciens ukrainiens et financer la cinquième colonne de certaines ONG. Lorsque Poutine était distrait par les jeux olympiques, Washington a frappé : ils ont éjecté le gouvernement ukrainien et installé leurs pantins.

Ces pantins se sont mis à agresser les provinces d’Ukraine peuplées de russes, ces provinces qui faisaient autrefois partie de la Russie, mais qui ont été annexées à l’Ukraine par les leaders soviétiques lorsque la Russie et l’Ukraine ne formaient qu’un seul et même pays. Les russes étant menacés de mort et se voyant interdits de parler leur langue maternelle, ils n’ont pas voulu être les victimes des pantins de Washington qui gouvernent actuellement depuis Kiev. La Crimée a voté en faveur d’une réincorporation à la Russie, ce qu’ont également fait les provinces du sud-est de l’Ukraine.

Washington, ses vassaux et ses pressetituées ont menti et décrit ces actes d’autodétermination comme une invasion et une annexion de la Russie. La Russie est accusée à tort d’avoir stationné des troupes d’occupation dans ces provinces désireuses de s’émanciper du régime de Kiev.

Quelqu’un a dit le mot sang ? Slurp !

Le but de ces accusations fallacieuses de Washington est de déstabiliser la Russie et le gouvernement du pays. Washington dispose de moyens très variés pour déstabiliser la Russie. Washington dispose d’ONG financées par les États-Unis, de médias russes détenus par des capitaux étrangers, et la résolution votée à la Chambre exhorte Washington à augmenter sa propagande sur les ondes russes et en langue russe. Washington cultive depuis longtemps les alliances avec des oligarques, les intérêts dans le monde des affaires et les politiciens russes dont les intérêts politiques et économiques convergent avec ceux de l’Occident. Il y a par ailleurs des jeunes Russes désemparés qui pensent que la liberté se trouve à l’Ouest, comme par exemple les Pussy Riot, qui préfèrent l’immoralité répandue de l’Occident à la culture chrétienne que le gouvernement russe soutient.

Si Washington ne parvient pas à déstabiliser la Russie ou à faire assassiner Poutine, la frustration qui en découlera aura pour conséquence des comportements encore plus imprudents qui pourraient provoquer un conflit militaire. La résolution de la Chambre appelle Obama à armer l’Ukraine avec de l’armement étasunien afin que l’Ukraine soit en mesure de conquérir les provinces séparatistes et de reprendre la Crimée. Il y a également des appels fréquents de l’OTAN visant à placer davantage de forces militaires aux frontières avec la Russie. Washington veut inclure les anciennes provinces russes que sont la Géorgie et l’Ukraine à l’OTAN, ce qui est inacceptable pour la Russie.

Washington est en train de mettre le monde sur les rails de l’Apocalypse, comme le dit de façon si limpide le professeur Michel Chossudovsky dans Towards a World War III Scenario (Global Research, 2012).

Le gouvernement russe minimise le danger et continue à parler de « partenaires occidentaux » avec lesquels le gouvernement russe espère résoudre ces problèmes. Le gouvernement russe et le peuple russe (et sans doute tous les peuples de la Terre) devraient comprendre que la Russie n’a pas de partenaires en Occident. La Russie n’a que des ennemis.

Washington a très clairement indiqué que la Russie ne peut faire partie de l’Occident qu’en tant qu’État vassal, et non en tant que nation souveraine possédant ses propres intérêts et menant une politique indépendante. La soif d’hégémonie de Washington n’admet pas d’autre nation souveraine suffisamment forte pour résister à la volonté des États-Unis. Étant donné que l’idéologie de l’hégémonie est particulièrement encrée sur Washington et qu’elle est institutionnalisée dans le contrôle néo-conservateur des ministères gouvernementaux stratégiques et des médias, la guerre est presque mathématiquement inévitable.

Les dirigeants européens, pantins de Washington, sont les complices des néo-conservateurs bellicistes. Dans toute l’Europe, il n’est pas un seul gouvernement qui soit indépendant de Washington. Les pions que sont Merkel, Cameron et Hollande vendent de la vie humaine.

Les responsables du gouvernement russe, comme Poutine et Lavrov, s’occupent des faits, mais Washington et ses vassaux européens n’ont cure de ces faits. Ce qui les importe, c’est de déstabiliser la Russie. Le conflit que Washington présente à la Russie ne peut pas être traité sur une base purement factuelle.

Washington savait que Saddam Hussein ne possédait pas d’armes de destructions massives, et n’avait aucun lien avec al-Qaïda. Washington savait qu’Assad n’avait pas utilisé d’armes chimiques. Washington savait que Kadhafi était victime d’une série d’attaques mensongères. Washington sait que l’Iran ne dispose pas d’armes nucléaires. Ce qui est important pour Washington, ce n’est pas la vérité : c’est de renverser ces gouvernements.

Tandis que le gouvernement russe était occupé à bien mener ses jeux olympiques, Washington a frappé en Ukraine, et a installé un gouvernement de pantins. Il est probable que la seule solution à la situation de crise que vit l’Ukraine, c’est une réincorporation à la Russie.

L’arrogance et l’excès de fierté sont souvent voués à la chute, et cette chute pourrait provoquer l’effondrement de l’empire de Washington. Mais Washington voit les choses différemment. Tout comme ils ont placés leurs ONG dans les rues de Kiev pour mettre en scène les soi-disant manifestations de Maïdan, Washington a placé ses ONG dans les rues de Hong Kong, dans l’espoir que ces protestations ou ces émeutes se répandent aux autres villes de Chine.

La Russie et la Chine sont bien plus ouvertes à l’Occident que de raison. Le Tsar Nicholas II ne s’attendait pas à ce que son gouvernement soit renversé, mais Kerensky l’a renversé au cours de la révolution de février, et ce dernier a à son tour été renversé par Lénine lors de la révolution d’Octobre. Le gouvernement chinois n’imagine pas un instant être renversé, mais Viktor Ianukovych ne s’y attendait pas non plus.

La vie politique est remplie de personnes et de programmes ambitieux. Poutine doit faire face à ce genre d’ambitions en Russie. Washington sait que la Russie ne peut pas être transformée en état vassal tant que Poutine sera au pouvoir. Par conséquent, la diabolisation de Poutine et les complots contre lui vont continuer.

Article écrit par le Dr. Paul Craig Roberts, économiste, secrétaire adjoint du Treasury for Economic Policy et rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal. Il est également journaliste pour Business Week, Scripps Howard News Service, et Creators Syndicate. Il a donné de nombreuses conférences dans des universités. Ses articles sur Internet sont suivis dans le monde entier.

http://quenelplus.com/quenel-actu/monde-quenel-actu/washington-veut-faire-assassiner-poutine-et-faire-tomber-le-gouvernement-russe.html

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents