Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Analyse sociologique autour du Docteur Dénis MUKWEGE à partir du film – documentaire : L'homme qui répare les femmes. La colère d’Hippocrate de Thierry Michel et Colette Breackman, 2015

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 6 Août 2016, 11:18am

Catégories : #Actualite, #Politique, #Economie, #Santé, #Societe, #Pastoral

Le film retrace les réalités politiques, économiques, sociales et cultures du Sud-Kivu et de République Démocratique du Congo en général.

Le film retrace les réalités politiques, économiques, sociales et cultures du Sud-Kivu et de République Démocratique du Congo en général.

Non à la violation sexuelle, non à la rébellion et non aux gens qui veulent devenir des généraux ou ministres en tuant leurs frères et sœurs; leurs parents ou leurs enfants... les enterrent certains en fausse commune... c'est le début de l'impunité.

Dr. Dénis Mukwege

Introduction

Dans l'analyse sociologique de ce film, je vais travailler le profil qui est autour du Docteur Dénis Mukwenge en privilégiant quelques enjeux à partir des actions, des acteurs et des systèmes sous-jacents. J'ai opté dans cet étude de cas, de recourir au schème actantiel inspiré de la sociologie de Albert Otto Hirschman: Exit - Voice - Loyalty (Défection - Prise de parole - Loyalisme [1970/2011]) Ces trois concepts reposent « sur la définition de trois réponses essentielles des individus au déclin d’une organisation » [Gamassou, 2005, p.3]. La présente analyse sera subdivisée en deux parties. Dans la première, je vais procéder à une description sur le profil, le parcours académique du docteur et un résumé du film L'homme qui répare les femmes... La seconde partie sera consacrée à l'analyse proprement dite de quelques enjeux déjà mentionnés précédemment.

I. La partie descriptive

I.1. Profil et parcours académique du Dr. Mukwege

Docteur Dénis Mukwege, est originaire du Sud-Kivu à l'Est de la République Démocratique du Congo. Une région fortement bouleversée par les multiples conflits armés et les rébellions. Né d'une famille chrétienne protestante, il a fait ses études primaires et secondaires (biochimie) au Sud-Kivu. Par contre, il a réalisé une partie de sa formation universitaire à l'Université de Kinshasa en polytechnique et plus tard au Burundi à la faculté de médecin où il a obtenu son diplôme.

Après un temps de travail à l'hôpital de Lemera à Bukavu, il a eu une bourse d'un organisme suédois: Swedish Pentecostal Mission, pour venir en France à l'Université d'Angers faire une spécialisation en gynécologie obstétrique et non en pédiatrie son domaine. Pendant son séjour estudiantin, il a pu fonder avec un ami une association Esther Solidarité France-Kivu pour aider ses contemporains. À la fin de sa spécialisation, il a dû renoncer à un emploi en France pour retourner à Bukavu pour travailler dans un hôpital de fortune à fin de soigner les gens de sa ville natale malades ou victimes des guerres et de multiples conflits et troublés commis avec extrême cruauté. En plein guerre de 1998 avec l'aide d'un autre organisme suédois: Pringstmissiones Utvvecklingssamarbete, il a fondé le fameux hôpital de Panzi. Grâce à son action en faveur des femmes violées, le docteur a été maintes fois décoré, reconnu et hommagé avec de différents prix des institutions internationales. En septembre 2015, Dénis Mukwege a été élevé au rang des docteurs en médecine grâce à la défense de sa thèse : Étiologie, classification et traitement des fistules traumatiques uro-génitales et génito-digestives basses dans l'Est de la République Démocratique du Congo.

I.2. Résumé du film : L'homme qui répare les femmes. La colère d’Hippocrate de Thierry Michel et Colette Breackman

Le film retrace les réalités politiques, économiques, sociales et cultures du Sud-Kivu et de République Démocratique du Congo en général. Sur le plan sociopolitique, nous trouvons les militants des droits de l'homme et les acteurs sociaux assassinés. Les guerres de rébellions et d'agression à travers lesquelles chaque groupe armé utilise comme autre arme et stratégie de guerre: le viol systématique des femmes (parmi tant d'autres méfaits), la chasse à l'homme, forcer toute une population à se déplacer sinon la mort. La corruption à grande échelle dans toutes les institutions de l'Etat. Au niveau socioéconomique, malgré la richesse minière, humaine et naturelle, il y a la pauvreté, l'exploitation sauvage de celles-ci, le manque ou le sous-emploi avec son corolaire la mauvaise condition du travail. Du coté socioculturel et religieux, le combat civique de l'église catholique avec son engagement socio-ecclésial et la prolifération des églises de réveil.

Le docteur Mukwege est témoin vivant de tous ces événements tragiques qui sévit la RDC. Il ne les a pas laissé et passé inaperçu. D'où son engagement en faveur des femmes violées. Il les accueil, il les soigne parfois il les auberge à l'hôpital de Panzi en collaboration de certaines femmes qui étaient ses patientes. Nous trouvons d'une part, son engagement sans mesure pour la cause des femmes violées et pour mettre fin à toutes ces barbaries et atrocités. Il lutte à tout prix pour que ces femmes retrouvent leur dignité, leur intégrité physique et leur droit civil. D'autre part, son action prophétique qui interpelle et dénonce les impunités auxquelles jouissent les coupables, mettent en mal les concernés. D'où, l'homme qui répare les femmes, devient l'objet des tentatives d'assassinat, de menace de mort, d'enlèvement, de ligotage, d'incendier sa voiture (de justesse sauvé par les habitants de son quartier) et d'exil au Kenya 1996 et en Belgique en septembre 2012 à cause de son discours à la tribune des Nations-Unies à New York. Malgré tous ces dangers Mukwege y retourne toujours et reste engagé davantage pour la cause salvifique pour ces femmes déshumanisées.

II. La partie analytique

La partie descriptive nous permet de comprendre et dégager les acteurs par rapport aux différents systèmes pour ressortir les actions du docteur Mukwege et ses enjeux dans cette multiple crise congolaise. Ici, nous allons nous baser, comme affirmé dans l'introduction, sur la sociologie de Hirschman : Exit - Voice - Loyalty. Parce que dans ses analyses, il reconnaît « la complexité du comportement humain et de la réalité sociale » [Gamassou, 2005, p.2]. D’où dans son étude sociologique « Hirschman associe toujours une démarche théorique à une démarche pratique » [Gamassou, 2005, p.2].

À partir de l’analyse hirschamanienne, nous allons découvrir comment le Dr. Mukwege va réagir d’une part face à son projet d’études et d’autre part, face au mécontentement de la rébellion, du viol systématique des femmes et de « l’accroissement de la répression politique par trois manières : l’Exit, le voice et le loyalty » [Gamassou, 2005, p.3].

II.1. Acteurs vs systèmes sous-jacents et les actions

 

Systèmes

Acteurs

Actions

 

 

 

 

 

 

Sociopolitique

 

 

 

L'Etat et son gouvernement

Gestion des institutions qui régulent les rapports entre les citoyens.

L'armée - la police

La défense de la nation et son territoire; et la sécurité des citoyens

 

 

 

Les rebelles et les agressions

 

 

Rébellion et agression armées, pillage systématique des ressources naturelles et destruction des ressources humaines, exactions, guerres, massacres, assassinats, viols, chasser des populations de leur terre...

 

Ministère de la santé publique

Hôpitaux, centre de santé pour veiller à la santé générale des populations

 

Socioculturel

Ministère de l'enseignement, de la culture et de la recherche scientifique

Enseignement

Recherche scientifique

II.2. Les enjeux socioculturels : des études au médecin

II.2.1. L'Exit

Initialement par souci d'apprendre et d'avoir une bonne base universitaire en médecine, Mukwege a quitté sa ville natale de Sud-Kivu pour aller poursuivre ses études à Kinshasa (UNIKIN), Burundi et Angers en France. Ici, l’Exit s’explique en quelque sorte que le Docteur a manifesté son mécontentement [Bajoit, 1988, p. 327] face au système socio-éducatif du pays.

II.2.2.Le Voice

La prise de parole ou la protestation comme une « alternative à la défection » [Hirschman, 2001, p.47] permet de comprendre l’action du Docteur. Pendant son séjour estudiantin en France - Angers, il a entendu et vu la situation de misère, des maladies et souffrances de la population de sa région natale, il a fondé en compagnie d'un ami une association pouvant les venir en aide. Cette action montre déjà l'embryon de son engagement ultérieur pour les oubliés de l'Est de la République Démocratique du Congo (l'Etat existe que pour cautionner le pillage et la mafia organisés), surtout les femmes violées pendant ces guerres de rébellion et d'agression. Il fonda l'hôpital de Panzi pour pallier au déficit des hôpitaux de l'Etat. Les atrocités commises à l'égard des femmes, que comme médecin il les nomme comme nouvelle pathologie, une nouvelle arme et stratégie de guerre, il les a fait connaître au monde entier (d'où ses différents prix internationaux et ses titres de doctor honoris in causa des différentes universités).

II.2.3. Le Loyalty

Après ses études au Burundi et en France, le docteur pouvait rester dans l'un ou l'autre pays pour exercer sa profession de médecin avec des conditions sociales et travail confortables du point de vu travail et rémunération. Mais ce n'est pas le cas, il est retourné chez lui au Sud-Kivu y travailler.

II.3. Les enjeux politiques: du médecin à militant des droits de l'homme

II.3.1. Le Voice

Bien qu’il soit médecin, l’engagement du Docteur est une « action politique par excellence » [Hirschman, 1995, p.33]. Parce qu’il est confronté à des scenarii de cruauté commis à la femme de Kivu et non écouté par le gouvernement de son pays, le Docteur est exacerbé. Il est « mécontent de la façon dont vont les choses trouvera normalement un moyen de faire entendre sa voix » [Hirschman, 1995, p.122] C’est ainsi que lors de son discours du Prix Nobel Alternatif de 2013, il affirme en dénonçant que "depuis 15 ans, je suis témoin des atrocités commises aux corps des femmes contre les femmes et je ne peux pas rester bras croisés". Son action de médecin au Kivu en faveur des femmes violées avec extrême cruauté lors des conflits armés l'a permis de voir, juger et agir (Abbé Joseph Cardijn). Parce que comme médecin il se voit confronté aux multiples problèmes néfastes commis à l'égard de la femme: le viol systématique comme nouvelle arme et stratégie militaire pour détruire la femme et semer la terreur. Première des choses de son action, il les accueille, les soigne, les écoute, les accepte, les accompagne dans leur rétablissement au niveau de santé physique. Deuxième, il leur offre un accompagnement socio-psychologique, juridique et économique pour qu'elles recouvrent leur intégrité physique et leur dignité humaine. En termes clairs, l'action de Mukwege restitue à la femme sa condition de femme et de citoyenne de plein droit. Son engagement sociopolitique en faveur de ces femmes a fait de lui un acteur politique et il se voit proposer la présidence de la République qui "refusa". Il est parti des femmes violées, aux filles nées du viol à leur tour étaient aussi violées et il dénonce tout abus commis à leur égard par qui que soit. Le film dans son ensemble constitue le Voice par excellence, dans la mesure où il vise à « modifier un état de fait jugé insatisfait, que ce soit en adressant des pétitions individuelles ou collectives… en faisant appel à une instance supérieure… en ayant recours à divers types d’actions, notamment ceux qui ont pour but de mobiliser l’opinion publique » [Hirschman, 1995, p.54]. Le film dénonce d'une manière audiovisuelle tout ce que ces pauvres femmes vivent: Non à la violation sexuelle, non à la rébellion et non aux gens qui veulent devenir des généraux ou ministres en tuant leurs frères et sœurs; leurs parents ou leurs enfants... les enterrent certains en fausse commune... c'est le début de l'impunité. En plus de l'hôpital de Panzi, les femmes avaient besoin de la justice, Mukwege et sa collaboratrice maître - avocat Thérèse Kulungu, ont dû implanter deux cliniques juridiques sur l'Ile D'Idjwi au Sud-Kivu. Il est engagé dans les droits de l'homme et les droits de la femme. De conclure au parlement européen, il dit: "il est temps de s'occuper des causes de ces violences".

II.3.2. L'Exist

Nous constatons que les trois concepts de Hirschman interagissent selon les circonstances car il peut y avoir que « la prise de parole a peu de chances de se développer efficacement lorsque la possibilité de la défection est présente [Hirschman, 1995, p.122]. C’est-ce que nous observons dans la militance du Docteur.

Du médecin à l'activiste des droits de l'homme c'est-à-dire il devient un acteur de changement social. Celui qui est engagé pour changer des conditions de vie quelque soit la sphère s'il n'est pas fait parti du groupe dirigeant, il dérange. D'où, l'homme qui répare les femmes, devient l'objet des tentatives d'assassinat, de menace de mort, d'enlèvement, de ligotage, d'incendier sa voiture. Par conséquent, l'hôpital de Lemera dont il était le médecin directeur a été détruit par la guerre d’AFDL en 1996 et bon nombre de malades et d'infirmiers étaient massacrés. Le docteur était sauvé selon lui miraculeusement. Il se réfugia à Nairobi au Kenya (1996) et en Belgique en septembre 2012. Dans ce contexte, « la défection apparaît comme un obstacle à la prise de parole » du Docteur [Hirschman, 1995, p.122].

II.3.3. Loyalty

Selon Hirschman, le loyalisme est un stimulant qui « permet de mieux cerner les conditions favorisant la coexistence de la défection et la prise de parole » [Hirschman, 1995, p.124], d’une part et il « freine la tendance à la défection » [Hirschman, 1995, p.124], d’autre part. Avec cette logique et malgré tous les dangers, (de la part de l'armée congolaise ou de la rébellion ou d'agression) nous voyons que le Docteur Mukwege y retourne toujours contre toutes les règles de sécurité en janvier 2013. La deuxième fois il est retourné au pays grâce à la cotisation des femmes qui autre fois étaient ses patientes. Il reste engagé toujours et davantage pour la cause salvifique pour ces femmes déshumanisées. Pour continuer son office, le docteur est protégé par les casques bleus des l'ONU au Congo.

Conclusion

Le film commence par ce discours: "depuis 15 ans, je suis témoin des atrocités commises aux corps des femmes contre les femmes et je ne peux pas rester bras croisés" et il se termine avec celui au parlement européen: "mais comment me taire, quand plus de 15 ans nous voyons ce que l'œil d'un chirurgien ne peut pas s'habituer de voir? Comment me taire si nous savons que ces crimes contre l'humanité sont planifiés avec un mobile bassement économique". Ces deux discours nous montrent que le film sur le docteur Mukwege L'homme qui répare les femmes... est traversé par un fil rouge qui est le Voice et le Loyalty. Parce que à partir de son mécontentement et de son indignation face aux atrocités et violence sexuelle faites aux femmes, le Docteur mène une action curative en faveur des femmes violées tant à l'intérieur de son pays comme à l'extérieur, en soignant, en accompagnant, en dénonçant, en interpellant, en invitant toutes les forces vives en ces termes: "il est temps de s'occuper des causes de ces violences". À part les deux exit de 1996 et de 2012, les autres étaient caractérisés par le Voice et le Loyalty.

Bibliographies

Hirschman Otto Albert, Exit, voice, loyalty. Défection et prise de parole, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2001.

Hirschman Otto Albert, Défection et prise de parole: théories et applications, Paris, Fayard, 1995.

Edey-Gamassou Claire, « Albert O. Hirschman: aperçu de ses apports aux Sciences de Gestion et au management public en particulier », Séminaire du RECEMAP, Les grands auteurs en management public, Mai 2005, Université de Lyon 3, France / http://www.airmap.fr/index.php/publications-2/archives/recemap

Daudé Olivier, « Exit, Voice and Loyalty. », Regards croisés sur l'économie 2/2007 (n° 2), p. 244-245.

Bajoit Guy. Exit, voice, loyalty... and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement. In: Revue française de sociologie, 1988, 29-2. pp. 325-345.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents