Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


ASSEMBLÉE NATIONALE : L’OPPOSITION ENGAGE UN BRAS DE FER CONTRE MINAKU

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 12 Juin 2013, 10:57am

Catégories : #Actualite

Une pétition signée par 56 députés nationaux de l’Opposition est déposée au bureau en vue d’obtenir la déchéance du président de l’Assemblée nationale. Une contre offensive musclée du speaker de la chambre basse s’annonce déjà.
Le bras de fer engagé depuis la plénière du lundi 11 juin au Palais du peuple par les députés de l’Opposition contre le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, connaît un nouveau rebondissement à quelques jours de la fin de la session ordinaire de mars 2013.
Une pétition signée par 56 députés nationaux de l’Opposition vise obtenir la déchéance du président de l’Assemblée nationale. Le dépôt de ce document s’est fait hier mardi 11 juin, auprès des services du bureau de la Chambre basse du Parlement.
Aubin Minaku qui a dit en prendre acte, entend se mettre à l’écart pour laisser un libre examen de la question en plénière sous la conduite du Premier-vice président de la Chambre basse du Parlement, Charles Mwando Nsimba.
Auparavant, la tentative d’échange entre le président de l’Assemblée nationale et les députés de l’Opposition qui ont suspendu leur participation aux débats parlementaires, s’est avérée infructueuse. La rencontre s’est tenue hier mardi même dans la salle des Banquets du Palais du peuple.
Dans leur démarche, les élus de l’Opposition s’insurgent contre ce qu’ils qualifient « d’obstruction » du bureau sur toutes les initiatives prises par l’Opposition dans le cadre du contrôle parlementaire.
87 motions questions orales avec débats, …
Selon des indiscrétions, des soupçons de corruption pèsent sur les élus du peuple. Les initiatives de contrôle parlementaire sont transformées en occasion de se faire graisser la patte, rétorque-t-on dans l’entourage de Aubin Minaku.
Certains députés nationaux auraient fait des motions de défiance ou d’interpellation un objet de marchandage. Dans cette pratique, la Majorité sous-traite des motions par l’Opposition, fournissant informations compromettantes et contre les membres du gouvernement en vue de leur soutirer des fonds illégalement. Des sources accusent les deux parties, Majorité et Opposition de se mettre ensemble pour ces coups tordus contre les membres du gouvernement, gouverneurs de province et autres mandataires publics, chaque fois que des commissions d’enquêtes étaient diligentées. Il serait tout aussi irresponsable d’enfermer dans une même poubelle toutes les motions et autres actions de contrôle parlementaire.
Le speaker de la Chambre basse a promis de ne point se laisser marcher sur les orteils. Lors de la dernière plénière, Aubin Minaku a promis d’éventrer le boa. Il se propose de mettre à la place publique les péripéties qui ont entouré le cheminement de la motion de défiance du député MLC Germain Kambinga contre le ministre des Mines. Il conclut « …La plénière pourra en tirer toutes les conséquences… ».
Enfonçant le clou, le président de l’Assemblée nationale s’est penché sur un questionnement qui laisse transparaître des soupçons dans la démarche du député MLC. « …Un député peut-il demander la surséance d’une motion de défiance sans en informer ses pairs ? », s’est-il exclamé.
La promesse de déballage en plénière présage d’un rebondissement frisant le scandale de la corruption au Palais du peuple. On n’est pas encore là !
« ...Nous avons sur table quatre-vingt-sept questions orales avec débat émanant des députés de l’Opposition comme de la Majorité. Vingt-six questions d’actualité. Treize demandes d’interpellation. Douze demandes des commissions d’enquête et deux motions de défiance… », a annoncé le président de la Chambre basse du Parlement.
Par ailleurs, l’attente de la plénière qui devra mettre en jeu la tête de Minaku peut encore révéler d’autres surprises. Déjà, les élus du groupe parlementaire UDPS et alliés, également signataires de cette pétition, se sont réunis en urgence pour faire le point. Samy Badibanga, président du groupe, ne s’est pas attardé devant la presse. Sans trop de conviction, il a simplement laissé entendre que l’UDPS et alliés soutenaient la démarche de l’Opposition.

Écrit par Pitshou Mulumba

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents