Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


C'est confirmé : «Joseph KABILA» est un ex-membre du FPR/APR

Publié par Gabriel manzukula Mjrrdcongo sur 18 Octobre 2011, 14:18pm

Catégories : #Actualite

suite et fin). Dans le documentaire intitulé « Le conflit au Congo. La vérité dévoilée », des experts américains disent pourquoi, dans la guerre de prédation qui sévit dans notre pays, ils ont jeté leur dévolu sur le Rwanda. 

«Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres » Jn 8, 32

Réécrire notre histoire est un difficile exercice de déconstruction de l’histoire officielle. Plusieurs d’entre nous se sont déjà essayés sur cette voie. Il est important de les redécouvrir, de les lire et de les faire lire. Le minimalisme intellectuel et la diplomolâtrie font le lit de notre esclavage volontaire.

Pour qui a bien lu « la confession » du Dr Rudasingwa -qui est un secret de polichinelle-, la question de la déconstruction de l’histoire officielle telle qu’elle nous est servie depuis la traite négrière se pose avec acuité. La réécriture de notre histoire passe obligatoirement par ce difficile exercice que certains d’entre nous ont déjà entrepris. (Les textes d’Aimé Césaire, de Frantz Fanon, de Cheikh Anta Diop, de Joseph Ki-Zerbo, de Fabien Eboussi Boulaga, de Bimwenyi Kweshi, Museka Ntumba, Bilolo Mubabinge, Kalamba Nsapo, Tshitungu Kongolo, etc. sont assez éloquents là-dessus.)

Quand les négriers, les colons et les autres impérialistes décident de conquérir nos contrées, ils le font sur fond des théories racialistes privilégiant le recours à la violence et à la force aux dépens du droit. Une relecture attentive de cette histoire de conquête atteste que les règles du jeu n’ont presque pas changé dans nos rapports avec les néocolonialistes et les impérialistes. Les choses se sont au contraire corsées. Les Etats occidentaux ont coalisé avec les multinationales pour la marchandisation du monde en général et de l’Afrique en particulier. Avec la complicité des élites compradores du Nord et du Sud. Dans ce mondé marchandisé, le droit humanitaire international est constamment foulé au pied quand il n’est pas tout simplement mis au service des « vainqueurs ».

Dans le documentaire intitulé « Le conflit au Congo. La vérité dévoilée », des experts américains disent pourquoi, dans la guerre de prédation qui sévit dans notre pays, ils ont jeté leur dévolu sur le Rwanda. Ce pays, avec son armée « disciplinée » leur permet de réaliser dans les Grands Lacs ce qu’ils ne peuvent plus faire par eux-mêmes. En d’autres termes, ils leur facilitent l’accès aux matières premières stratégiques ayant contribué à leur montée en puissance militairement et économiquement. Cela est aussi vrai pour plusieurs de leurs alliés.

Pour camoufler cet enjeu hautement stratégique, ils ont besoin de travailler avec des corporations de plusieurs dirigeants du monde, avec des pays satellites et/ou avec des marionnettes africaines comme Kagame et ses autres escadrons de la mort du FPR/APR.

Ce modus operandi est resté constant depuis la traite négrière jusqu’à ce jour. Il est très efficace au sein des institutions officieuses et/ou occultes, des institutions parallèles dont se servent « ces maîtres du monde » et les élites politiques et intellectuelles qui leur obéissent. (L’enfer n’est pas que l’autre !)

L’efficacité de ces institutions impuissante les autres ; les officielles. Celles au sein desquelles les discours sur la démocratie et les droits de l’homme servent à créer l’illusion d’un monde fondé sur les valeurs, le respect des droits socio-économiques et culturels, sur le respect des libertés fondamentales.

Rappelons que l’Occident des marchands que l’Afrique rencontre au cours de la traite négrière, de la colonisation et du néocolonialisme est celui qui, dans son immense majorité, « a tué Dieu » (ou la foi dans les valeurs d’amour, de justice et de paix) et l’a remplacé par « l’argent » (le profit à tout prix, la cupidité et l’avarice). La rhétorique démocratique n’a pas toujours permis à ceux qui en doutaient d’aller gratter derrières les apparences. L’Occident qui instrumentalise et/ou coopère avec nos élites aujourd’hui est celui qui a vu la cupidité triomphé au cœur même de son système économico-politique. ( Il est ici intéressant de lire un économiste Américain, ex-conseiller de Bill Clinton, Joseph E. Stiglitz. Il dit ce que les guerres US contre l’Irak et l’Afghanistan ont coûté et raconte comment, au même moment, la cupidité triomphe dans son pays. Après avoir coécrit Une guerre à 3000 milliards de dollars avec Linda J. Bilmes (en 2008), il a publié Le triomphe de la cupidité (en 2010).

Par rapport à la voie de l’argent-à-tout-prix pour être fort et puissant, « la confession » du Dr Théogène a l’avantage de nous inviter sur une piste de « la guérison spirituelle » individuelle et collective, une piste de la Justice , de la Vérité et de la Réconciliation.

Cette piste présente quelques difficultés. Les corporations et les réseaux transnationaux travaillant avec « les maîtres du monde » sont protégés. Carla Del Ponte en a fait l’expérience quand, procureure au Tribunal Pénal International pour le Rwanda, elle a demandé que la partie tutsi du FPR/APR impliquée dans les crimes qu’elle avait elle-même reconnue soit jugée. Kigali cherchera à « amener Del Ponte à renoncer à ses enquêtes en marge du génocide, qui visent des officiers de l’armée tutsie du Front patriotique rwandais. Car le mandat du TPIR ne se limite pas au génocide organisé et dirigé par les extrémistes Hutus mais à toutes les graves atteintes au droit humanitaire international perpétrées en 1994. Selon les experts indépendants, quelque trente mille Hutus auraient été tués sur le territoire rwandais lors de la progression de l’armée du FRP. » (F. Hartmann, Paix et châtiment. Les guerres secrètes de la politique et de la justice internationales, Paris, Flammarion, 2007, p.267). Parmi les officiers visés, il y avait un certain James Kabarebe, « parrain » de «Joseph Kabila».) Pour avoir ouvert cette boîte de pandore, Carla Del Ponte sera évincée de la TPIR. 

Qu’est-ce que Kigali paiera en retour ?
Le soutien des USA dans leur refus de signer le traité créant le CPI. Et Kigali bénéficiera de « la levée de l’embargo sur les armes que le Congrès américain avait maintenu et d’une assistance militaire substantielle des Etats-Unis alors que la guerre dans la République démocratique du Congo voisin fait rage et a déjà emporté plus de trois millions de vie. Or, Kigali ne s’est jusqu’ici pas privé de déstabiliser la région des Grands Lacs ni son armée d’ajouter à la guerre dans l’est du Congo pour y exploiter les ressources minérales et naturelles qui suscitent tant de convoitises. » (Ibidem, p.271)

Telle est l’une des parts de notre histoire commune dans la sous-région des Grands Lacs, part à laquelle « Kagame voudrait échapper ».

L’une des conséquences que l’ont pourrait tirer de « la confession » du Dr Théogène Rudasingwa serait la réouverture d’un Tribunal Pénal International pour le Rwanda pour juger Kagame et ses proches. Il commencerait par ses proches en attendant la fin de son mandat présidentiel. Qui pourrait financer un tel tribunal dans le contexte actuel de la crise économico-financière ? Aussi rouvrir un tel tribunal pourrait exiger que les alliés occidentaux de Kagame soient eux aussi jugés. Qui peut, dans les circonstances actuelles, en arriver jusque-là ? La tentation d’organiser des tribunaux locaux a conduit Paul Kagame à instrumentaliser la justice locale en créant les « gaciacia » où ne sont jugés que les Hutu.

Au Congo (RD), après la publication de plusieurs rapports ayant trait à la tragédie que nos populations ont vécue, le rapport Mapping a finalement proposé que « l’établissement d’une cour spécialisée chargée de la répression des crimes de génocide, crime contre l’humanité et crime de guerre » soit mise sur pied. Il y a bientôt un an que le gouvernement a promis de mettre en pratique cette proposition. Et jusqu’à ce jour, rien n’est fait. (Lire La Lettre ouverte au président Joseph Kabila. Appel à traduire les promesses de lutte contre l’impunité en actes du 6 novembre 2011. Elle est écrite par Amnesty International.) Bosco Ntanganda recherché par la CPI n’a pas encore été livré par « ses parrains et amis » au pouvoir à Kinshasa. Et c’est dans ce contexte de guerre permanente et de l’impunité généralisée que notre pays (où les policiers tirent à belles réelles sur les manifestants, où les militaires tuent et rançonnent nos populations, où les kuluna sont recrutés par « la milice joséphiste ») se prépare aux élections probables de novembres 2011.

Que faire ? Poursuivre la lutte et renforcer les réseaux alternatifs travaillant à la réécriture de notre histoire et à sa connaissance à travers le monde. Rejoindre « les indignés » du monde pour faire bouger les choses. Soutenir les luttes internes appelant à la rupture avec le système esclavagiste et impérialiste d’où notre pays peine à sortir et pour l’instauration d’un Etat de droit. Inciter les minorités organisées à étudier les possibilités de la reconquête de notre souveraineté politique et économique en allant vers les axes stratégiques promoteurs du multilatéralisme, etc.

A notre avis, une bonne partie de la classe politique et intellectuelle congolaise qui se prépare aux prochaines élections ne donne pas suffisamment de signes prouvant qu’elle a une bonne maîtrise des enjeux réels face auxquels notre pays est confronté. Il y a encore un grand travail patriotique et un engagement sérieux dans l’opération-vérité à entreprendre.

Jean-Pierre MBELU

KongoTimes! 

 

© Copyright KongoTimes

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents