Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Campagne à Kinshasa : votez pour moi !

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 26 Novembre 2011, 08:11am

Catégories : #Actualite

Inégalité écrasante de moyens dans la campagne, au profit des kabilistes. 18 500 candidats quêtent les suffrages des électeurs. De quoi s’y perdre.
Kinshasa est pavoisée de calicots électoraux - morceaux de drap blanc sur lesquels ont été peints des encouragements à voter pour tel ou tel - se chevauchant dans une telle mêlée que l’on se demande comment l’électeur n’y perd pas la tête. C’est que 18 500 candidats se présentent pour les 500 sièges de l’Assemblée nationale, dont 5 000 rien que dans la capitale : un député national gagne 4 500 euros/mois alors que le salaire d’un fonctionnaire moyen est de 37 euros/mois. Enfin, 11 personnes se présentent pour le fauteuil présidentiel.

Certains slogans sont inattendus, comme ce "Votez Vova Diakho Raymond Grosse Caisse, le grand baobab ne tombera jamais", ou "Votez Jolie (c’est un prénom au Congo) Kenda, la mignonne de Lukunga", une des quatre circonscriptions de Kinshasa. D’autres sont virulents : "Non à l’Etat moyini (ennemi), moboni ya peuple" (tueur du peuple), dit l’opposant Franck Diongo. Ou incompréhensibles pour le public congolais, comme ce "Go green", de la candidate écolo Pembe Lima Bologna.

La majorité des calicots ne portent pas le nom du parti du candidat (alors que c’est lui qui détient le siège et peut donc exclure de l’Assemblée un candidat qui quitte sa formation), ni le numero de la page du bulletin de vote (ce dernier en compte 56 à Kinshasa) où on pourra trouver le nom du candidat; on peut donc s’attendre à ce que les électeurs tardent à trouver ce dernier et donc à voter.

Si, parmi les calicots, l’égalité de chances entre candidats semble acquise, il n’en va pas de même pour les autres moyens de propagande électorale, où le président Kabila et ses alliés règnent de manière écrasante.

Le chef de l’Etat sortant occupe en effet pratiquement tous les emplacements de grande taille disponibles pour des affiches. Il est le seul à pouvoir se payer des panneaux rétro-éclairés, visibles la nuit, et le seul à utiliser des écrans - l’un géant, alternant concerts et propagande, l’autre plus petit, proposant des photos. Il dispose en outre de courant pour que sa propagande apparaisse en lumière colorée sur le grand Marché de la Liberté, alors même que le quartier populaire où se trouve ce dernier, comme toute la banlieue de la capitale, est plongé dans le noir depuis des semaines, faute d’électricité suffisante - ce qui ne manque pas d’y encourager la délinquance, se plaignent les habitants.

A part lui, seul Tshisekedi a quelques grandes affiches, mais ses militants se plaignent que celles des candidats UDPS soient arrachées par leurs adversaires. L’image du vieil homme est cependant clairement un symbole d’opposition puisque plusieurs candidats, non-membres de l’UDPS, rajoutent la photo de "Tshitshi" à leur affiche - voire s’exhibent avec la même casquette que lui, comme Eugène Diomi - pour s’affirmer d’opposition.

Vital Kamerhe, ex-président kabiliste de l’Assemblée nationale en rupture avec la majorité présidentielle, n’est présent qu’avec quelques affiches de taille moyenne, comme Léon Kengo wa Dondo, président du Sénat - victime d’un malaise mercredi.


A la télévision, le partage est aussi léonin. La principale chaîne d’opposition, RLTV, a été incendiée en septembre. Les grandes chaînes diffusent des heures de spots électoraux, tout comme la télévision publique RTNC ; l’écrasante majorité d’entre elles donnent une place très largement prépondérante à la propagande de M. Kabila et de ses alliés. On voit ainsi des heures d’images défilant en boucle, montrant des candidats acclamés lors d’on ne sait quelles circonstances, par des foules d’on ne sait où (seul Nzanga Mobutu, fils de l’ex-dictateur, a la naïveté de montrer des images datées - d’octobre 2006 ; n’a-t-il plus jamais été célébré depuis lors ?) et dansant de joie, tandis que le numéro du candidat figure en surimpression.

Certains politiciens se montrent, en musique, distribuant pagnes et liasses de billets de banque ; d’autres, toujours en musique, dans leurs activités sportives. Plusieurs trouvent plus sûr de lier leur image à la religion - très prégnante dans la population : versets de la Bible, Christ en surimpression voire, comme Léon Kengo, discourant devant une assemblée religieuse ou, comme le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende, assurant que la candidature de Joseph Kabila "nous ramène à la prophétie historique de Simon Kimbangu" (1).

Bien que la RTNC intitule ces heures de propagande "Communication politique", il est bien rare d’y entendre une communication, les images de liesse inexpliquée tenant généralement lieu de programme politique. En une quinzaine d’heures de spots télévisés, nous n’avons vu qu’un seul candidat, Hélène Ndombe, se montrer dans ses activités parlementaires, expliquer ce qu’elle avait fait à l’Assemblée et ce qu’elle veut encore faire. Et qu’un seul parti, le MSR (majorité présidentielle) annoncer un programme. La plupart des candidats ne travaillent que pour leur personne, leur parti n’ayant pas avancé de fonds pour la propagande électorale.


Et alors que les chaînes de télévision sont inondées par celle-ci ("C’est vous, les Blancs, qui avez voulu que nous ayions la démocratie", ironise un entrepreneur), une annonce publicitaire destinée à expliquer au spectateur comment ne pas attraper le choléra, dont une épidémie frappe et tue depuis plusieurs mois le long du fleuve Congo, doit être payée par des ONG internationales : aucun candidat ou parti n’a eu l’idée d’utiliser son temps d’antenne pour rendre ce service à ses concitoyens.

Envoyée spéciale à Kinshasa, Marie-France Cros

Mis en ligne le 25/11/2011

 

© Copyright La Libre

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents