Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Chronique d’un échec annoncé : 100 marines américains débarquent contre la LRA

Publié par Gabriel manzukula Mjrrdcongo sur 17 Octobre 2011, 13:13pm

Catégories : #Actualite

Regain d’intérêts de la part des Etats-Unis pour la paix et la sécurité en République démocratique du Congo. Barack Obama vient de décider l’envoi d’une expédition pour la traque de Joseph Kony et son mouvement la LRA. Pour une mission similaire, des forces spéciales guatémaltèques avaient essuyé un revers avec l’assassinat de huit Casques bleus qui avaient tenté de trop s’approcher de la cachette de Kony. Les craintes d’un remake sont donc justifiées !

Comme pour démontrer leur volonté politique à accompagner toute initiative visant à consolider la paix et la sécurité nationale, les Etats-Unis ont décidé de déployer des soldats américains en Afrique centrale. Le président Barack Obama a décidé d’envoyer une centaine des soldats suffisamment équipés et qui seront déployés en RCA, en République démocratique du Congo, en Ouganda et au Soudan du sud. Officiellement pour combattre la LRA, ce groupe armé ougandais qui cause mort, désolation et destruction en RCA, RDC, Sud du Soudan et Ouganda. Ces militaires, selon la lettre du président américain au Congrès serviront de conseillers près les Etats susmentionnés afin de fournir des informations de première nécessité en vue de neutraliser les éléments de la LRA, et n’interviendront qu’en cas de légitime défense.

Cette décision américaine constitue, en d’autres termes, une réponse à une recommandation du sommet de Libreville sur la paix et la sécurité en Afrique centrale. Ce sommet de Libreville organisé, du 10 au 11 octobre 2011, par l’ONU sur un constat d’échec d’un retour problématique de la paix en Afrique centrale, a préconisé le renforcement d’un appui militaire à la MONUSCO en vue d’en finir avec la LRA.

L’on pense également que cette décision prend en compte certains éléments d’appréciation de l’AFRICOM, ce commandement militaire américain en Afrique, déjà opérationnel dans la région. A en croire certaines indiscrétions, il y aurait une présence militaire dans une zone frontalière entre la RDC et le Congo-Brazzaville, à la hauteur de la province de l’Equateur. Présence militaire qui s’expliquerait par la situation qui prévaut au Soudan du sud, pays qui vient à peine d’accéder à son indépendance.

Lorsque l’on sait que des groupes armés, notamment la LRA et les FDLR, deviennent de plus en plus actifs dans l’Est du pays à l’approche des élections, il s’agit là encore d’un autre élément d’appréciation qui pourrait justifier l’envoi de ces militaires américains en vue de combattre ces forces négatives. Dans le cadre de la diplomatie préventive, on ne pouvait exclure une telle éventualité militaire pour anticiper toute action négative susceptible de conduire à un débordement, à un dérapage après les élections en RDC.

Au moment où l’on intensifie la lutte contre le terrorisme international, et que l’Afrique centrale passe pour un terrain fertile à ce genre d’activités criminelles, avec une circulation dense des armes et de la drogue, la paix et la sécurité exigent de gros moyens. Par cette décision, les Etats-Unis sont en train de prouver qu’ils sont disposés à accompagner les Etats de la région à consolider la paix et la sécurité au plan sous-régional.

Ce sont là des signaux forts qui doivent interpeller les dirigeants de la RDC. Que la République démocratique du Congo demeure toujours un enjeu important dans la région et que les élections 2011 s’annoncent comme un moment déterminant de sortir des sentiers battus. Pour que la RDC joue les premiers rôles dans la région de l’Afrique centrale et des Grands Lacs.

Des craintes

Une expédition pour traquer la LRA rappelle à maints égards une autre conduite par les Casques bleus des forces spéciales guatémaltèques. Dans la semaine du 23 au 29 janvier 2006, huit Casques bleus des forces spéciales guatémaltèques avaient été exécutés probablement par une bande armée de la LRA (Lord Resistance Army) ougandaise aux frontières de la RDC. Cet incident avait créé un émoi dans l’opinion tant nationale qu’internationale.

Le débarquement d’une centaine de marines à l’Est de la RDC, notamment en Ouganda pour une mission ayant déjà connu un échec pousse à des interrogations.

Les motivations avancées sont nobles, mais insuffisantes pour l’instauration d’une paix durable dans cette partie du continent. La formation des armées fortes, professionnelles, républicaines dans les pays où la LRA a installée ses bases, serait la solution la plus appropriée. Une centaine de soldats américains peuvent conseiller les armées nationales de la RCA, de l’Ouganda ou de la RDC. Il faut aller au-delà, en privilégiant la mise en place des armées avec des équipements et un encadrement adapté aux exigences d’une lutte contre un mouvement qui se confond avec l’environnement hostile, difficile au déploiement des armées classiques comme les FARDC.

Les Etats-Unis qui s’activent dans la formation d’un bataillon des FARDC, devraient poursuivre sur cette voie. La centaine de soldats ne constituent pas, en eux seuls, le gage d’une victoire certaine qui aboutirait à l’éradication de ce mouvement inscrit sur la liste noire des «forces négatives».

L’expédition américaine avec un mandat précis dans son contenu et dans le temps n’apporterait pas une solution militaire élaborée dans des officines de la Pentagone, malgré l’immensité des moyens à leur disposition. L’échec se profile à l’horizon, si à la manière de Rambo, les marines seraient tentés d’imposer une solution expéditive, sans qu’un accompagnement diplomatique ne soit prévu, notamment dans la démocratisation de l’espace politique ougandais.

Encadré

Lutte contre la LRA : Obama annonce l'envoi de 100 soldats en Afrique Centrale

Le président des Etats-Unis Barack Obama a annoncé vendredi l'envoi d'une centaine de soldats américains en Ouganda afin d'appuyer les soldats de pays de la région engagés dans la lutte contre l'Armée de résistance du seigneur (LRA), un groupe rebelle accusé d'atrocités. Dans une lettre au Congrès et communiquée aux médias, M. Obama a indiqué avoir "autorisé un petit nombre de forces américaines équipées pour le combat à se déployer en Afrique centrale pour aider les forces de la région œuvrant à faire quitter le champ de bataille à Joseph Kony", le chef de la LRA.

Ces soldats seront ensuite également déployés dans d'autres pays voisins où la LRA est présente. "Ces forces conseilleront des armées partenaires" ciblant Kony et "d'autres membres de la direction de la LRA", explique ce courrier. "Nos forces fourniront des renseignements, des conseils et une aide" à ces armées, a affirmé M. Obama. Victoria Nuland, la porte-parole du département d'Etat, a précisé que les militaires américains ne combattraient pas la LRA, sauf en cas de légitime défense.

Fin 2010, M. Obama avait publié à la demande du Congrès un plan d'action contre la rébellion, visant à désarmer la LRA et à traduire ses chefs en justice, à protéger les civils et à fournir davantage d'aide humanitaire aux personnes touchées. La LRA, réputée pour être une des guérillas les plus brutales au monde, est active depuis 1988 dans le Nord de l'Ouganda, mais depuis 2005, ses combattants se sont installés dans l'extrême Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC), ainsi qu'en Centrafrique et au Sud-Soudan.

Le 4 octobre, le responsable de la zone Afrique pour l'armée américaine, le général Carter Ham, avait affirmé que Kony, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, se trouvait "probablement" en Centrafrique. «Ma meilleure estimation en ce moment est que Kony et les principaux responsables (de la LRA) se trouvent probablement en République centrafricaine», avait déclaré le général Ham lors d'une intervention devant le Centre pour les études stratégiques et internationales (CSIS), un cercle de réflexion de Washington.

«L'armée ougandaise porte son effort dans cette zone», avait-il ajouté, rappelant que la LRA «continue de terroriser, d'assassiner et d'enlever» les habitants de ces régions. Le général américain s'était alors dit "optimiste" sur une augmentation prochaine du nombre d'instructeurs et de conseillers militaires américains pour aider les pays de la région à combattre cette rébellion.

Washington assure déjà l'entraînement d'un bataillon de l'armée congolaise et est actuellement en discussions avec Kinshasa pour en former un second, avait-il confié. Les Etats-Unis ont consacré à cette mission 40 millions de dollars en soutien logistique, en équipement et en entraînement depuis 2008, a indiqué vendredi le Département d'Etat. Quelque 18 millions d'aide humanitaire aux personnes déplacées, 380.000 selon Washington, ont également été fournis en 2011.

Médiascongo.net/AFP

Par Le Potentiel




 

© Copyright Le Potentiel

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents