L’ancien agent de la CIA, Edward Snowden, qui a travaillé pour des sous-traitants de la NSA, s’est réfugié à Hong Kong le 20 mai dernier.

Il se trouvait dans un luxueux hôtel de Hong Kong. Le personnel a déclaré qu’il a rendu sa clef lundi après-midi. Selon The Guardian, Edward Snowden se trouve toujours à Hong Kong.

La pression est montée d’un cran aux Etats-Unis sur celui qui a fuité l’existence d’un vaste système d’espionnage des communications, Edward Snowden, alors que ses faits et gestes demeuraient un mystère depuis qu’il a quitté son hôtel de Hong Kong lundi.

La sénatrice démocrate Dianne Feinstein, présidente de la commission du renseignement et poids-lourd du Congrès, a parlé «d’un acte de trahison» et réclamé son extradition de Hong Kong aussi vite que possible.« Tous les ministères s’activent vivement» en ce sens, a-t-elle dit aux médias.

Snowden fait toujours l’objet d’une enquête du ministère la justice.

Le sénateur démocrate Bill Nelson a lui aussi appelé à son extradition. « Nous ne pouvons pas garantir la sécurité nationale si les secrets sur nos méthodes de renseignement ne sont pas gardés», a-t-il déclaré.

Une éventuelle extradition, si elle est demandée par Washington, pourrait se heurter au veto de Pékin. Mais l’accord d’extradition entre Washington et Hong Kong «est encore en vigueur et nous l’avons utilisé activement au fil des ans», a rappelé la porte-parole du département d’État.

De nombreux soutiens

La jeune « taupe» de 29 ans, qui a dit sacrifier sa famille voire risquer sa vie «pour la démocratie», a aussi trouvé des supporteurs, dont Ron Paul, ancien candidat à l’investiture républicaine pour les élections présidentielles de 2012, que Snowden avait soutenu en contribuant financièrement à sa campagne.

Celui-ci a estimé que Snowden et le journaliste du Guardian ayant publié en premier l’information, Glenn Greenwald, avaient «rendu un grand service aux Américains en révélant la vérité sur ce que (le) gouvernement fait en secret».

Son fils, le sénateur Rand Paul, a annoncé son intention d’intenter une action collective en justice contre l’État fédéral, pour laquelle il espère rassembler 10 millions d’Américains.

Depuis l’ambassade équatorienne à Londres, où il est reclus depuis près d’une année, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a qualifié de «héros» le jeune homme et indiqué qu’il avait été en contact indirect avec son entourage.

Une pétition publiée sur le site de la Maison Blanche pour réclamer son «pardon» a été signée ce mardi matin par plus de 41.000 personnes.

La Russie prête à examiner une demande d’asile

La Russie est prête à examiner une demande d’asile d’Edward Snowden a indiqué le porte-parole du Kremlin au quotidien Kommersant.

« Si une telle demande nous parvient, elle sera examinée», a déclaré Dmitri Peskov au journal. Il n’a pas été possible de confirmer auprès du porte-parole dans l’immédiat.

Le chef de la commission aux relations internationales à la Douma (chambre basse du parlement), Alexeï Pouchkov, a prédit qu’une telle décision provoquerait l’«hystérie» aux Etats-Unis.

«En promettant l’asile à Snowden, Moscou s’engage à défendre les personnes persécutées pour des motifs politiques. Cela va provoquer l’hystérie aux Etats-Unis. Ils ne reconnaissent ce droit qu’à eux-mêmes», a-t-il écrit sur Twitter.

Lesoir.be