Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Elections 2011: les 4 recommandations de la CENCO

Publié par Mjrrdcongo sur 4 Mars 2011, 09:41am

Catégories : #Actualite

216598La présidentielle et les législatives prévues pour fin 2011 inquiètent plus qu'elles ne rassurent. Pour des élections apaisées en vue d'éviter le pire, le comité permanent de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) appelle les acteurs politiques à " faire preuve de grande culture démocratique ", le peuple à " redoubler de vigilance ", le gouvernement à " sécuriser les populations ", la police nationale et les forces armées à " garder leur caractère apolitique ". Sera-t-il entendu, telle est la question cardinale.

Le secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a fait hier à Kinshasa la restitution de la session ordinaire du comité permanent des évêques (21-25 février 2011 au centre pastoral Caritas) au cours d'un point de presse au centre interdiocésain. " L'Eglise catholique veut apporter sa contribution pour que ces nouvelles élections puissent consolider les bases d'une destinée communautaire à construire dans la justice, la vérité et la paix, et ouvrir ainsi de nouveaux horizons pour l'avenir de la nation ", a déclaré l'abbé Léonard Santedi. 

Au peuple congolais qui s'interroge avec justesse " que devons-nous faire pour atteindre cet objectif ", l'Eglise catholique répond qu'il est " urgent et indispensable ", en période préélectorale, " de préciser l'enjeu fondamental et décisif pour la nation qui fonde le devoir du peuple de participer aux élections". 

Cet enjeu, a dit l'abbé Santedi, " consiste essentiellement dans la construction d'un Congo réellement démocratique, apaisé et porteur, grâce à une politique de bonne gouvernance, de nouvelles possibilités de développement pour notre peuple ". 

CONSOLIDER LA DEMOCRATIE

Si les Congolais doivent remercier le Seigneur pour le fonctionnement effectif des institutions issues des élections démocratiques et la reconnaissance du peuple comme le souverain primaire, détenteur du pouvoir, il s'avère cependant que " les élections sont un exercice essentiel dans toute démocratie, où l'égalité de tous devant la loi doit être garantie ", estime la CENCO. 

" A travers les élections, le peuple congolais est appelé à exercer, dans la liberté et avec un discernement requis, son droit de choisir ses gouvernants à tous les échelons et ses représentants dans les assemblées provinciales et dans les deux Chambres du parlement ", a indiqué l'abbé Santedi. Il a souligné que la CENCO, qui a " pris acte " de la révision de la Constitution dans la perspective de prochaines échéances électorales, " ne saurait s'empêcher de relever que la Constitution, gage du consensus national laborieusement obtenu et retrouvé, approuvée par référendum, a été révisée de manière précipitée et expéditive ". 

L'Eglise catholique craint que " cette révision ne prélude d'autres erreurs qui conduiraient au retour du monopartisme, à la fin de la démocratie et à l'instauration d'une nouvelle dictature ". 

Les évêques, qui ont " été fortement affectés et indignés par la virulence de la réplique du gouvernement et ses propos désobligeants à l'égard de Son Eminence le Cardinal Laurent Monsengwo ", estiment que " son intervention ne comprend rien qui mérite une réaction aussi acerbe et irrévérencieuse ". 

ASSURER LA SECURITE NATIONALE 

Quoiqu'elle " apprécie " les efforts fournis par le gouvernement pour étendre l'autorité de l'Etat sur plusieurs zones jadis occupées par des groupes armés dans le Nord et le Sud-Kivu, la CENCO est d'avis que " la situation sécuritaire du pays reste encore très préoccupante à cause d'un certain nombre de poches d'insécurité ". 

D'où, " beaucoup d'interrogations " relatives aux " zones des Haut et Bas-Uélé dans lesquelles la LRA inquiète et tue impunément de paisibles citoyens congolais sur leur propre terre, (aux) groupes armés en Ituri et dans le Nord et le Sud-Kivu, (à) l'insécurité dans certaines villes". 

La CENCO, qui apprécie, par ailleurs, les efforts fournis par le gouvernement pour l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE, souhaite voir les retombées de l'annulation de la dette affectées réellement et en priorité aux secteurs-clés de l'éducation, de la santé et des infrastructures sociales. 

Par ailleurs, la CENCO attend du gouvernement le renforcement du programme de bonne gouvernance, attesté par un climat de sécurité sociale et économique pour la population en ce temps où " la souffrance de la grande majorité de la population est évidente et indiscutable ". 

Elle reste toujours préoccupée par la corruption qui constitue un handicap pour le développement économique et social du pays, en proposant au gouvernement le service de l'Eglise catholique, déjà engagée dans la lutte contre la corruption, en vue d'une synergie d'efforts pour combattre ce fléau. 

QUAND SONNERA L'HEURE DES ELECTIONS

Pour la CENCO, l'impératif doit être clair : que tout se déroule dans le respect strict de la loi électorale, la vérité et la transparence, sans fraude ni manipulation, dans l'apaisement, à l'exclusion de toute dérive autocratique et de toute forme de violence d'où qu'elle vienne. 

La CENCO prie et espère que la RDC saura tirer les conséquences de toutes les expériences malheureuses des élections dans beaucoup de pays d'Afrique, pour s'engager résolument sur la voie d'élections libres et démocratiques en vue d'un Congo uni, fort et prospère. 

C'est à la lumière de cet enjeu de taille, pense la CENCO, que devra s'opérer le choix des hommes dont la RDC a besoin pour présider au destin de sa population durant les années à venir. 

Si la CENCO appelle la population à redoubler de vigilance pour ne pas vendre sa conscience en échange de cadeaux et dons de la part de ceux qui les lui apportent en ce temps crucial, ni céder à la tentation du tribalisme ou du régionalisme, elle demande par ailleurs au gouvernement de sécuriser cette population et de prendre toutes les dispositions pour que le trésor public ne soit pas détourné aux fins de la campagne électorale. 

Cependant, les ecclésiastiques en RDC ne sont pas autorisés, cette fois-ci, à participer activement aux partis politiques et associations à caractère politique, ainsi qu'à la direction des institutions étatiques - quel qu'en soit le niveau - chargées d'organiser les élections, et de ne faire allégeance à aucun parti politique. 

© Copyright Le Potentiel

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents