Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


En quoi l’avènement de l’ « homme psychologique » en occident est-il comparable au travail psychique que fait l’adolescent ?

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 15 Janvier 2013, 09:22am

Catégories : #Jeunesse et comprendre l'adolescent

L’histoire de l’homme moderne OCCIDENTAL est comparable au travail psychologique effectué par l’adolescent parce que tous deux effectuent dans leur évolution les mêmes étapes : une étape de croyance (je crois), une étape de raisonnement (je pense), et une étape d’affirmation, d’expression (je vote)

Au début de notre ère, au sein de la religion chrétienne, s’opère une synthèse entre les préceptes moraux des philosophes grecs et ceux de la religion juive (bonté, générosité, courage, amour, vérité). Le christianisme s’impose progressivement comme une religion d’état et c’est l’époque de l’épanouissement du sujet religieux : je crois donc je suis. La religion exige que l’homme, à la sortie de son enfance (12 ans), fasse une profession de foi pour accéder à la vie éternelle. On peut assimiler cette période historique à la pré-adolescence (âge pré-pubère) car 12 ans est un âge de latence où les pulsions sexuelles et la pensée n’ont pas encore éclot

Au XVII ème siècle c’est l’avènement de la raison (Descartes, le sujet devient un sujet pensant, critique) : je pense donc je suis. La Réforme et l’imprimerie avait initié ce mouvement. C’est aussi une grande transition dans l’adolescence puisque contrairement aux enfants qui ne pensent pas par eux-mêmes, qui pensent à travers leurs parents. Les adolescents. apprennent eux à se penser eux-mêmes, à s’exprimer (journal intime, blog), impudeur (mais il ne faut pas violer leurs secrets s’ils sont cachés), l’ado tente de décrire ce qu’il ressent.

Puis vient la Révolution et son vent de liberté. Les acteurs de cette révolution ont entre 20 et 30 ans, ils destituent les autorités royales et papales et instaurent une égalité et liberté pour tous (égalité, liberté, fraternité), et un amour réciproque des individus (même si l’égalité stricto census mettra du temps à se mettre réellement en œuvre). Science et Révolution vont remettre en question les autorités divines, royales et même paternels ; ils détruisent ces anciens principes et en recréent des nouveaux tel la liberté, la démocratie (je vote donc je suis). Or l’adolescence est également une période de destruction et de reconstruction, d’affirmation de ses choix comme l’exercice du vote. Avec l’avènement de la démocratie et du droit de vote, naît aussi l’idée de nation au XIXe siècle. On crée des états de manière artificielle (création politique et idéologique) qu’on dote d’une histoire, d’une langue, d’une appartenance, d’une idéologie et d’une imagerie spécifique. Ex : Flandre, Wallonie, Israël. Or l’adolescence est également une période de recherche historique, de question sur ses origines (d’où viens-je) les adolescents sont très intéressés par les cours d’histoire et de psychologie par ce que pour se construire, ils ont besoin de savoir d’où ils viennent. C’est à partir de la connaissance de leur histoire personnelle, familiale et collective qu’ils peuvent construire leur avenir.

L’État c’est le droit, c’est la loi (le sacré est devenu purement humain) mais puisqu’en son nom les nations s’entretuent, comment l’homme peut-il encore se guider, se repérer ? Selon le courant Romantique (XIXe siècle), l’homme doit se repérer via la beauté. Le beau peut seul conduire à la liberté, au vrai, au bien. L’art et particulièrement la poésie sont donc encouragés. Le courant romantique prône un retour aux valeurs anciennes, un élan amoureux, une quête d’absolu, une attirance pour la mort. Tous ces thèmes sont éminemment juvéniles. Par ailleurs, l’adolescence est une  période de grande créativité artistique (la cinquième humanité s’appelle la poésie et Rimbaud a écrit ses chefs-d’œuvre à 17 ans). Ainsi l’adolescence est nécessairement romantique même si elle n’est pas révolutionnaire.

L’adolescence est ainsi prise entre les idées révolutionnaires de progrès (Les Lumières) et la nostalgie romantique des anciennes valeurs perdues : l’adolescent rêve d’être libre tout en ayant du mal à se défaire de ses liens familiaux.

Le XXe siècle peut résumer à lui seul les changements vécus durant l’adolescence :

Au début du XXe siècle c’est la Belle Époque, années d’insouciance, d’optimisme et de confiance, d’inventions et de réalisations.

Mais la patrie née de la démocratie et de l’économie de marché et qui est devenue l’image du père, du roi et de Dieu poussent toujours les hommes à s’entretuer. => violence, crise, questions.

Entre les deux guerres a lieu les années folles, époque de défoulement, de création artistique où le monde ancien est tourné en dérision et où la science est érigée en religion. Le surréalisme lance une révolution culturelle où naît un culte radical de la liberté.

Puis c’est la crise en 1929-1930, la jeunesse est à nouveau désorientée, perd ses repères. Des nationalismes contrariés naissent une nouvelle guerre et le monde devient à nouveau manichéen avec d’un côté le bien et de l’autre le mal. Toute une génération a tenté de refoulé cette guerre, n’a pas su en parler avec ses enfants, ne leur ont rien transmis et se retrouve avec un énorme problème de conscience.

Dans les golden sixties, tout redevient à nouveau possible, les adolescents acquièrent des moyens d’expression et une culture qui leur est propre. Leurs parents refoulés ne leur transmettent rien sur les questions sur le sens de la vie et de la mort, ils se droguent, rêvent de révolutionnaire (Che, Trotsky) ou s’orientent vers la psychanalyse. Génération d’intellectuels déchirés. L’adolescence se confirme donc être un moment où on fait la révolution et secoue l’ordre établi.

Dans les années 70-80 les crises économiques commencent et le sida fait son apparition. L’éducation devient purement sexuelle (safe-sexe) et néglige les sentiments amoureux. Avec la chute du communisme vient la fin des religions laïques, du monde prédéfini s’imposant aux hommes d’en haut (hétéronomie), l’homme est pleinement autonome et fait ses propres choix.

Avec le web en 1993 tout change : la communication, les relations, le savoir, la mémoire, la langue, la perception du temps, l’espace.

Conclusion : depuis le XVIè S, l’homme s’est progressivement affranchi de l’emprise divine, il est passé d’un monde hétéronome où la réponse venait de l’extérieur à un statut autonome, à une responsabilité intérieure et une égalité. La façon de penser la condition humaine a donc radicalement changé. Progressivement l’homme s’est retrouvé seul sans autorité extérieure (royal, étatique ou divine) pour le guider, il doit trouver seul la réponse au sens de la vie ; tout comme l’adolescent qui doit progressivement se détacher de ses parents, penser pour lui et gérer sa vie lui-même. Ce monde désenchanté, sans repères ne facilite pas la transition vers l’adolescence.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents