Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


L’ex-président centrafricain François Bozizé a quitté le Cameroun pour le Kenya

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 5 Juin 2013, 07:45am

Catégories : #Actualite

 

Le président centrafricain François Bozizé, le 30 décembre 2012 à Bangui.
Le président centrafricain François Bozizé, le 30 décembre 2012 à Bangui.
AFP PHOTO/ SIA KAMBOU

Par RFI

Le président déchu de la République centrafricaine, François Bozizé, a quitté le Cameroun lundi 3 juin dans la soirée pour rejoindre Nairobi, la capitale kényane. Ses proches évoquent un voyage d’agrément. Le mandat d’arrêt international lancé contre lui par la justice centrafricaine a cependant joué un rôle dans sa décision. Monsieur Bozize, devenu encombrant au Cameroun, devrait donc quitter son pays d’accueil.

Les proches du président Bozizé ne cachent pas une certaine irritation, quand on assure qu'il était devenu indésirable au Cameroun. Ils parlent plutôt d'un voyage prévu de longue date par le président Bozizé, qui a toujours voulu s'offrir un safari. En tout cas, ce voyage de François Bozizé ressemble à un départ quelque peu forcé.

Depuis son déménagement de l'hôtel et son installation au quartier Golf, à Yaoundé, les autorités camerounaises n'avaient plus vraiment de prise sur leur hôte, censé être « en transit ». Au point que ce dernier est allé rendre visite à ses sympathisants il y a quelques jours, à la frontière entre les deux pays.

Mandat d'arrêt et pressions de Ndjamena

Conscientes que l'ex-président n'avait pas épuisé toutes ses cartes, les nouvelles autorités de Bangui ont trouvé la parade : un mandat d'arrêt international contre lui. Mandat d'arrêt qui constitue également une épée de Damoclès sur le Cameroun.

François Bozizé ne se gênait pas pour briser le silence imposé comme règle à tout réfugié dans un pays d'accueil, dénonçant le chaos installé dans son pays, et accusant au passage le président Idriss Déby, qu'il désigne comme son tombeur.

On peut aisément supposer que Yaoundé n'a pas voulu s'encombrer de la mauvaise humeur de Ndjamena, qui exerçait une « pression amicale » pour que le président déchu soit tenu le plus loin possible de son pays, la Centrafrique.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents