Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Le 24 Novembre 2011 à Genève : Une marche mondiale pour la RDC contre tout pouvoir issu d’un coup d’État

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 18 Novembre 2011, 15:01pm

Catégories : #Actualite

À quelques jours de la date du 24 novembre, et en pleine période de campagne électorale, Godefroid Elongama annonce un événement de taille : une marche mondiale pour la RDC contre tout pouvoir issu d’un coup d’État, comme ce fut le cas à cette date en 1965, avec Mobutu. En Suisse, cette marche va se dérouler devant le Palais des Nations à Genève, avec la participation de la communauté congolaise de tous les cantons ainsi que des pays frontaliers. Organisée par Initiative de Genève pour la République (IGR), le but de cette marche est tout simplement de sensibiliser l’opinion sur la situation qui prévaut en RDC, « où les jours passent et se ressemblent, où la misère des populations ne fait que s’accroître, où on sait aussi à quel point l’économie ne cesse de dégringoler, où la justice est un mot qu’il faudrait bannir, où l’insécurité bat son plein, la répression règne. On sait d’ailleurs ce qui se passe en ce moment où je vous parle, bref, tout ça est chapeauté par une corruption qui ne dit son nom. »


« À la fin de la marche, explique Godefroid Elongama, nous allons remettre un mémo aux Nations Unies pour sensibiliser l’opinion sur les conséquences découlant d’un pouvoir issu d’un coup d’État à l’image de ce qui se passe actuellement en RD Congo, un pays ravagé par 46 ans de dictature aveugle. Une dictature incarnée par 32 ans de pouvoir sans partage de Mobutu, le chaos qui s’est ensuivi avant l’arrivée de Laurent Désiré Kabila qui, lui-même, n’a pas fait mieux que de s’autoproclamer Président de la République. Ce dernier n’a pas survécu à son régime, ayant été renversé par un coup d’État qui lui a été fatal. Et on sait dans quelles conditions son successeur, qui est encore là à ce jour, a été porté au pouvoir. »

« L’objectif de notre lutte est de restaurer un État de droit, un État où la justice joue son rôle de manière indépendante et sans parti pris, où le gouvernement assume pleinement ses responsabilités. C’est-à-dire un gouvernement compétent et capable de résoudre les problèmes de la population, de garantir le minimum vital aux populations. Un État où la police et l’armée sont disciplinées et se mettent au service des populations et de leurs biens, où l’économie ne sera plus une politique de détournements des deniers publics. Où les écoles, les centres de recherche ont leur place, parce qu’un pays ne peut se développer sans la recherche. Mais tout cela est un travail qui relève de la compétence des spécialistes qui doivent agir sur le terrain. Et ce ne sont pas des spécialistes qui manquent au Congo ou dans sa diaspora. Or, aujourd’hui, on constate que beaucoup de ceux qui devraient agir dans ce sens se retrouvent à la maison ou sont inactifs et n’ont rien à dire, alors que ceux qui devraient faire l’inverse sont au pouvoir. Ils sont au pouvoir non pas parce qu’on les aime ou parce qu’on les a tous choisis, mais ils sont plutôt là par la force. »

Beaucoup de ces personnalités sont pourtant reconnues par les institutions issues des élections…

Oui, mais des élections de la tricherie à outrance. Même si je dois reconnaître qu’il y a toujours eu tricherie partout, mais ailleurs c’est dans la discrétion que cela se passe alors que chez nous la tricherie c’est par obsessio, sans tricherie tout est verrouillé, on ne peut parvenir à son but. Ou on triche et on passe, ou on ne triche pas et on n’a rien et cela à tous les niveaux de la société. C’est la raison pour laquelle la marche du 24 avril est très utile pour nous et pour tous les Congolais.

N’empêche, le Chef de l’État actuel a été légitimé par la voie des urnes en 2006 ?

Mais, vous connaissez le classique. Vous pouvez aller en Libye, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Cameroun, en Syrie, en Egypte et j’en passe, tout simplement pour vous dire qu’on connaît bien la recette qui n’est autre que « j’y suis, j’y reste ».

D’autres élections se préparent pour le 28 de ce mois et les candidats sont déjà en campagne. Quelles sont vos observations ?

Pour répondre de manière assez claire, je dirais que c’est en faveur de cette voie démocratique que nous nous battons. Malheureusement, ce n’est pas dans ces conditions que les élections devraient se dérouler. La répression se porte bien, la haine ethnique et tribale est au rendez-vous, la police et l’armée sèment la terreur partout au Congo pour empêcher des manifestations pacifiques et autorisées, les médias sont muselés et ceux qui tentent de résister sont carrément réduits au silence, l’impunité et l’intimidation se portent bien. Et tout cela se passe sous la barbe de la communauté internationale, y compris au su et au vu d’une délégation des USA conduite par le sous-secrétaire d’État aux affaires africaines Johnnie Carson qui s’est rendue dernièrement en RDC. Apparemment ils ne prennent aucune mesure pour faire cesser l’escalade de la violence et les tensions pré - électorales. Comme vous le savez, les gens qui sont au pouvoir ont mis en place une politique de corruption de proximité qui veut que « qui n’est pas avec nous est contre nous » et qui consiste à financer des gangs appelés à Kinshasa des« Kuluna » et des « Pombas » pour exécuter la sale besogne.

On sait aussi à quel point la Céni (Commission électorale nationale indépendante) et la justice congolaise ont fermé les yeux devant les agissements du PPRD et des partisans de Kabila qui se sont arrogé le droit de coller des affiches sur des bâtiments publics en violation à l’article 36 de la loi électorale. Ce qui a d’ailleurs poussé l’UDPS de Tshisekedi à solliciter l’invalidation de la candidature de Joseph Kabila.

Dans une conférence de presse, Kabila a cité les USA en exemple sur les voies et moyens de sortir de la crise actuelle en mettant en avant les projets de constructions d’infrastructures. Quelle est votre réaction à ce sujet ?

Comparez les USA et la RDC, c’est comparer la vie et la mort. Les priorités des Américains ne sont pas les même que celles des Congolais qui manquent de tout, qui ont des besoins primaires comme l’eau potable, l’électricité. Ce sont des déclarations vides de sens... C’est aussi une bonne occasion pour rire et supporter la douleur sur ce qui se passe au Congo.



De nombreux musiciens, y compris les grands, vantent les réalisations de Joseph Kabila inscrits dans son programme des « Cinq chantiers ». Votre avis sur la question ?

La première chose à préciser c’est que la politique des infrastructures en cours en RDC est liée à la politique chinoise non pas seulement au Congo mais partout en Afrique. C’est le cas en Angola, au Congo-Brazzaville, au Gabon, en Algérie… bref, un peut partout, où l’on remarque une forte présence d’entreprises chinoises qui ont investi dans les infrastructures. Contrairement aux Occidentaux, les Chinois respectent leurs engagements avec les pays aussi bien du tiers monde que ceux d’Occident et ne se mêlent pas de politique interne de ces pays. Cela dit, ce que les musiciens vantent dans leurs chansons de propagande n’est pas nouveau : le Palais du peuple, que l’on voit dans tous les clips, à été construit par les Chinois sous le régime Mobutu donc il existait déjà ; pareil pour les routes de Bandundu-Kasumbalesa, Kinshasa-Matadi-Boma-Muanda, les infrastructures comme l’échangeur de Limete, le stade Kamanyola ; le Boulevard du 30 Juin existait depuis l’époque coloniale, le boulevard du 24 Novembre, les grandes avenues comme Assosa, Kasa-Vubu, Sayo, Victoire, le bâtiment de l’IEM autrefois appellé Koweit – et qui abrite aujourd’hui l’hôpital du Cinquantenaire - existait bel et bien avant, donc du temps de Mobutu. Toutes les infrastructures ont été réfectionnées ou sont en cours de réfection avec l’argent des Chinois et par les entreprises chinoises. Ces projets relevant de la coopération sino-congolaise sont certes encourageants mais ce n’est pas le pouvoir en place qu’il faut applaudir pour ça et à travers des chansons. Par leur acte et leur attitude, les musiciens congolais donnent finalement raison à ceux qui les combattent en Europe.

Que peut-on attendre concrètement de la communauté internationale et en premier des USA en cette période électorale en RDC ?

Tout ce que je demanderais aux USA qui ont envoyé des émissaires en RDC dont Bill Richardson, c’est d’envoyer des militaires pour sécuriser les élections. Mais à la surprise générale, nous avons appris que le gouvernement Obama a décidé l’envoi des troupes américaines pour traquer le rebelle ougandais Joseph Koni, pour satisfaire Museveni. Et pourtant les Congolais sont menacés, attaqués, violés dans les deux Kivu, à l’Équateur, au Katanga, dans les deux Kasaï, au Bandundu, à Kinshasa, au Bas-Congo et dans la province orientale. Joseph Koni n’est pas le seul à semer la terreur, je pense qu’il faut traquer aussi Kagame, Museveni, Laurent Nkundabatware, Bosco Ntangana. C’est une bonne nouvelle mais, en même temps, cela ne suffit pas, c’est un sabotage pour protéger Museveni. Il faut que les Américains arrêtent de distraire les Congolais.

Qu’est-ce que vous pouvez dire aux Congolais et à tous ceux qui vous lisent ?

Nous sommes dans une opération démocratie en marche en RDC. La bonne nouvelle est que suite à notre dernier appel, une coordination est en train de se mettre en place au niveau de la diaspora congolaise et qui n’ a aucun lien avec le processus électoral en cours. Parce qu’en effet nous nous projetons déjà dans l’avenir. J’appelle ceux qui voudront voter, de choisir le candidat Etienne Tshisekedi qui est déjà en campagne à travers la RDC.

J’insiste aussi auprès des Congolais et en appelle à la mobilisation de tous pour cette marche qui va également se dérouler en Belgique le 19 novembre, en France le 26 novembre. J’encourage aussi les partis politiques ainsi que la société civile à nous communiquer leurs dates pour une meilleure coordination. Nous sommes en ce moment en contact avec les USA où une manifestation similaire sera organisée de manière autonome par des associations. En Suisse, une semaine avant l’événement, des forums seront organisés en direct sur la radio CBB Word TV, forums auxquels sont invités les Congolais de tous bords, y compris ceux du PPRD. Je profite de l’occasion pour inviter également tous les frères Africains et particulièrement ceux de l’Angola et du Congo-Brazzaville , ainsi que les Amis d’Afrique qui souhaiteraient participer à ces discussions.| Propos recueillis par Jossart Muanza (AEM)




vendredi 18 novembre 2011 Jossart Muanza(AEM) 

 

© Copyright Afriqu'Echos Magazine

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents