Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Le paradoxe congolais . La modernisation des routes et le téléphone au volant, un laisser-faire irraisonné

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 20 Mars 2013, 23:54pm

Catégories : #Actualite

Les travaux de réhabilitation et de modernisation des chaussées dans le contexte notamment kinois vont bon train, et des témoignages à ce sujet, enchanteurs. Seulement, des observateurs avisés constatent que l’usage du téléphone portable au volant est une pratique qui ne vaut pas d’être encouragée, au regard notamment du déficit d’attention qui en découle, et nuisible pendant la marche du véhicule. 

Toutes les fois que des équipes à l’œuvre ont bouclé un tronçon pour travaux, la situation a été vécue comme douleur d’enfantement. Car automobilistes et piétons contraints à amorcer des contours inhabituels, n’ont toujours pas manqué de faire ressortir la mauvaise humeur. A cette situation s’ajoutent les embouteillages, corolaire direct. Un adage suggère ce qui suit : « quelle que soit la durée de la nuit, le jour finit par se lever ». C’est dire que quand un tronçon, hier récusé pour raisons des travaux est relancé, la satisfaction que cela suscite fait vite oublier les mauvaises humeurs de la veille.

Les chaussées de Kinshasa changent de visage, certes. Cela grâce notamment à la volonté politique exprimée à travers le programme des 5 chantiers, dont notamment le volet consacré aux routes. Pour l’heure, des voix s’élèvent pour faire observer qu’une chose est d’avoir des routes dans un état acceptable, une autre d’entourer celles-ci des conditions sécuritaires, pour préserver les usagers d’éventuels dégâts pouvant résulter d’une utilisation folklorique de cet énorme outil du développement qu’est la route moderne.

Le téléphone au volant, une disposition contraire au code de la route

L’usage du téléphone au volant, une pratique non réprimée en RD Congo, n’est encouragé dans aucun pays imbus des textes légaux. Tous ceux qui roulent sur les chaussées de Kinshasa, partant du chauffeur de taxi à celui du bus affecté au transport en commun, en passant par ceux des véhicules personnels, le téléphone est opérationnel même dans les carrefours. La présence d’agents qualifiés régulant la circulation routière n’est pas, à cet effet, dissuasive. Car le législateur n’étant pas assez outillé pour comprendre, en amont, le bienfondé d’adapter les textes légaux aux exigences vitales de base comme la sécurité routière, le reste c’est le sauve-qui-peut.

L’administration congolaise se disqualifie aux yeux des observateurs avisés, en admettant l’usage du téléphone au volant. D’autres pratiques universellement reconnues ne sont guère usuelles localement, à l’instar de la détective du taux d’alcool au volant. Pour les observateurs, en effet, la RD Congo ne devrait pas refléter l’image d’un pays d’exception, où des textes légaux paraîtraient insuffisamment enrichis pour garantir des dispositions préventives de sécurité routière.

Entre temps, la persistance de cette de cette déviance collective qu’est l’usage du téléphone au volant n’empêche pas la Commission nationale de prévention routière, CNPR d’aligner l’insuffisance d’attention au volant dans l’ordre causal d’accidents.

Quand la société civile endosse la déraison, la vie des usagers de la route en péril

Au moment où les chaussées kinoises font peau neuve, les dispositions en vigueur d’obtention de permis de conduire et celles de contrôle de la santé visuelle de conducteurs devraient être assainies, pour des raisons évidentes. Il est vrai que dans le paysage des Associations sans but lucratif, Asbl et donc de la société civile, pas une ligue de piétons pour la sécurité routière n’est en ce jour opérationnelle.

Pour pallier telle carence, les bonnes consciences suggèrent que le législateur fasse sienne la préoccupation relative à la sécurité routière, afin de la promouvoir. Tant que ce dernier, sur cette question précise ne fait pas preuve de fertilité en idées novatrices pour désensabler l’engrenage, le bourbier fera le reste. Et les chaussées de Kinshasa compteront journellement leurs morts, faute de garde-fous nécessaires.

Payne

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents