Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Louis-Alphonse KOYAGIALO : Homme d’expérience doublée de sagesse pour relever l’Equateur

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 11 Juin 2013, 06:34am

Catégories : #Actualite

imageLouis-Alphonse Koyagialo Gbase Te Gerengbo

 

Louis-Alphonse Koyagialo a été élu, lundi 10 juin 2013, Gouverneur de la province de l’Equateur avec 76 voix contre 27 pour son concurrent Jean Lucien Busa. Les cas de l’Equateur fait exception. Déjà au premier tour, les deux candidats arrivés en tête s’étaient félicités du climat sain dans lequel s’était déroulée l’élection au premier tour, ce qui était aussi le cas ce jeudi matin à l’assemblée provinciale. Le jeu démocratique l’a emporté sur toutes autres considérations, ont estimé certains analystes qui s’intéressaient à la question. D’autres, par contre, ont soutenu que les élus provinciaux ont prix conscience du retard dans lequel l’inexpérience et les états d’âme des prédécesseurs de Koyagialo ont plongé leur province. « Il fallait un homme d’expérience doublée de sagesse, d’une grande âme, pour relever la province qui se mourait déjà », ont laissé entendre certain fils de l’Equateur.

Louis-Alphonse Koyagialo Gbase Te Gerengbo a été élu, lundi 10 juin à Mbandaka, Gouverneur de la province de l’Equateur avec 76 voix contre 27 pour son concurrent Jean Lucien Busa. Selon la Radio Okapi qui a annoncé cette nouvelle en début d’après midi, un bulletin a été déclaré nul par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui a organisé ce scrutin. Les 104 députés provinciaux électeurs du gouverneur étaient présents à l’Assemblée provinciale pour cette élection.

Ce cadre et membre du bureau politique de la Majorité présidentielle remporte cette élection au second tour car aucun des 25 postulants n’avait obtenu la majorité absolue des voix (53) requises pour être élu à l’issue du scrutin organisé le vendredi 7 juin dernier. Arrivé en tête au premier tour avec 35 voix, il a fait face à son poursuivant direct, Jean-Lucien Busa (22 voix). Ce cadre du Mouvement de libération du Congo qui s’était présenté en indépendant.

Louis Alphonse Koyagialo devient ainsi le 28ème gouverneur de l’Equateur depuis l’indépendance du pays. Il succède à Jean-Claude Baende, limogé par le Président de la République suite aux conflits récurrents avec l’Assemblée provinciale. La province de l’Equateur et le pays comptent sur cet administratif rompu pour essayer d’apporter une réponse adaptée aux problèmes récurrents qui accablent les populations qui attendaient beaucoup de l’élection de ce jour.

Le dénouement de cette élection n’est rien d’autre qu’une expression de la démocratie. Ceux qui ont pris l’habitude de jeter le discrédit sur le pays en tentant d’expliquer tout aboutissement d’un processus électoral par la tricherie, à la corruption, au trafic d’influence et à toutes autres voies inappropriées doivent apprendre à se remettre en cause. Nous l’avons vu dernièrement avec les élections des gouverneurs dans la Province orientale et au Bas-Congo.

Le mercredi 31 octobre 2012, Jean Bamanisa Saidi, candidat indépendant, a été élu gouverneur de la Province Orientale avec 48 voix contre 45 pour son concurrent Jean Tokole. 95 des 96 députés provinciaux qui étaient présents, avaient fait leur choix dans un climat serein. Ce qui a permis à l’homme d’affaires bien connu dans la contrée de devenir ainsi le 38ème  gouverneur de la Province Orientale depuis l’indépendance de la RDC. Et tout Kisangani, chef-lieu de la Province, était en liesse après l’annonce de ces résultats. D’où, le message de la population à l’endroit des politiciens qui tiennent à entretenir des climats malsains là où il n’en faut pas. La preuve que le peuple, dont l’attachement au Président de la République Joseph Kabila n’a jamais fait l’ombre d’un doute, sait se montrer à la hauteur lorsqu’il s’agit de décider de son destin.

Pareil au Bas-Congo où, avec 17 voix sur 28, Jacques Mbadu a été proclamé gouverneur de la province tandis que son challenger, Déo Nkusu qui occupait les fonctions de vice-gouverneur depuis 2003, s’est vu recalé avec 11 voix. Là aussi, l’élection au second tour s’était déroulée dans un climat apaisé au sein de l’institution législative provinciale. La transparence dans laquelle l’élection s’était déroulée et l’attitude responsable des témoins des candidats ont été félicitées de tous. L’annonce des résultats par la Ceni avait également réjouit les partisans de l’heureux élus.

D’où viendrait alors que, pour les ennemis de la grandeur du pays, tout résultat auquel on aboutit dans ce pays soit assis sur des mauvaises bases, celles de la corruption, de la magouille, etc. ? Dans ces deux derniers cas, les candidats désignés par la Majorité présidentielle ont été battus par des indépendants appartenant à la même famille politique. Quand bien-même il y avait eu des contestations dans les deux cas, ce qui fut tout à fait normal, la force était restée à la loi. Celle de la majorité, comme celle de la justice. Les deux personnalités élues au second tour avaient ainsi remplacé leurs prédécesseurs élus députés nationaux lors des élections législatives de 2011.

Homme d’expérience doublée de sagesse pour relever l’Equateur

Les cas de l’Equateur fait exception. Déjà au premier tour, les deux candidats arrivés en tête s’étaient félicités du climat sain dans lequel s’était déroulée l’élection au premier tour, ce qui était aussi le cas ce jeudi matin à l’assemblée provinciale. Le jeu démocratique l’a emporté sur toutes autres considérations, ont estimé certains analystes qui s’intéressaient à la question. D’autres, par contre, ont soutenu que les élus provinciaux ont prix conscience du retard dans lequel l’inexpérience et les états d’âme des prédécesseurs de Koyagialo ont plongé leur province. « Il fallait un homme d’expérience doublée de sagesse, d’une grande âme, pour relever la province qui se mourait déjà », ont laissé entendre certain fils de l’Equateur.

Ici, l’on s’interdit de parler de la loi de la majorité car l’assemblée provinciale qui a accordé une large victoire à ce cadre de la Majorité présidentielle est, en grand nombre, constituée des élus de l’opposition. Une donne qui n’a pas pu l’emporter sur la lourde charge que les électeurs portaient sur leurs épaules vis-à-vis des populations de l’Equateur. Parmi les deux candidats qui, tous, présentaient des réels atouts, ils ont opté pour celui qui, à leur avis, saurait se placer au dessus des clivages politiques et géographiques au profit de sa province. Cette grandeur d’âme, Louis Alphonse Koyagialo en a déjà fait preuve.

Partout où il est passé, cet administratif et politique rompu a su mettre à profit ses compétences au service des ses concitoyens, sans distinction aucune. Son portrait renseigne que ce cadre de la Majorité présidentielle a été nommé en mars 2012 Premier ministre intérimaire de la RDC en remplacement d’Adolphe Muzito, élu député. Avant cette nomination, il était Vice-premier ministre et ministre des Postes, Téléphones et Télécommunications (Ptt) du gouvernement Muzito.

Né à Yakoma le 23 mars 1947, Koyagialo est licencié en Droit de l’Université de Lovanium. Conseiller juridique à l’Office national de logement (Onl) en 1972 puis au ministère des Affaires sociales l’année suivante. De là, il va débuter sa carrière dans la territoriale comme directeur de région au Katanga (appelé alors Shaba) en 1979, avant de devenir commissaire sous régional de Likasi (1980 – 1982), puis commissaire urbain de Lubumbashi jusqu’en 1985. Il a également été Vice-gouverneur du Kasaï-Oriental en 1985 et du Kivu. Il a dirigé la province du Katanga entre 1986 et 1990. Louis Alphonse Koyagialo reste l’un des meilleurs gouverneurs que le Katanga a connus jusque là.

[Jean-Luc MUSHI-MPAKU]

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents