Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Lubumbashi Takeover: «Gouvernance par substitution» en RDC

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 23 Mai 2013, 09:06am

Catégories : #Actualite

Un soldat du gouvernement monte la garde dans les vestiges du village de brûlé de Kabula, près du village de Mukana en République démocratique du Katanga au Congo. Photo: REUTERS / David Lewis

L'occupation inattendue de Lubumbashi, la deuxième plus grande ville de la République démocratique du Congo (RDC), par 440 combattants Maï-Maï mois dernier est un autre signe du manque de capacité à gouverner, assurer la sécurité ou de poursuivre la réforme du gouvernement central. L'occupation, qui a entraîné 35 morts et 53 blessés, sert comme un rappel que la crise du pays ne se limite pas au Nord-Kivu, dans l'est du Congo, ou aux seigneurs de guerre.

En levant le drapeau de l'état du Katanga (indépendant de 1960 à 1963) sur Moïse Tshombe Square dans le centre de Lubumbashi, le groupe Maï-Maï du Katanga Bakata effectué un acte symbolique puissant. Katangais séparatisme a hanté la politique congolaise depuis l'indépendance en Juin 1960. La province est joyau économique du pays, car les activités minières industrielles y sont concentrées.

Mais en dépit de Katanga (Lubumbashi et de) l'importance stratégique, Maï-Maï du Katanga Bakata entra dans la ville sans résistance de la part des forces de sécurité et aucune protestation de la population. Les gouvernements provincial et national ont été pris par surprise.

 

Depuis la victoire électorale controversée du président Joseph Kabila en Novembre 2011, le contrôle de l'État sur ​​le territoire congolais est en baisse drastique. Au-delà de la chute de Goma à la rébellion M23, Kinshasa n'a pas réussi à repousser les activités des différents groupes armés: les Maï-Maï Morgan dans la Province Orientale, la Résistance Ituri Front patriotique (FRPI) et les Maï-Maï Yakutumba au Sud-Kivu, Rayia Mutomboki dans le Nord et Sud-Kivu, ainsi que les Maï-Maï Gédéon au Katanga. (Sur le Congo des groupes armés de l'Est, voir notre 2012 briefing Octobre, l'Est du Congo: pourquoi la stabilisation a échoué sur les groupes armés du Katanga, voir notre rapport. Katanga: L'oubliée de la RDC Crisis . ) Malgré les actes de violence et le déplacement de 100.000 civils depuis Novembre 2011, le gouvernement congolais a négligé la menace des Maï-Maï dans le centre du Katanga depuis des mois, révélant sa totale indifférence à la protection de sa population. Le gouvernement a également été étonnamment cavalier à ne pas protéger une source cruciale de son propre chiffre d'affaires, même si elle a annoncé en Mars 2012 une révision de son code minier visant à accroître les recettes fiscales.

Ces événements illustrent aussi la difficulté de la réforme, en particulier la décentralisation (voir notre briefing Congo: enlisement du projet démocratique ). Les Maï-Maï Bakata revendications sécessionnistes du Katanga (en swahili, son nom signifie littéralement «diviseurs du Katanga») sont en partie la conséquence de l'échec du gouvernement à mettre en œuvre une disposition constitutionnelle pour diviser le pays en 24 provinces et de partager les recettes fiscales entre le gouvernement central (60 pour cent) et les provinces (40 pour cent).

Maintenant que le président a décidé, au début de cette année, de mettre en œuvre la décentralisation en utilisant Katanga comme un cas de test, la province est censé être divisé en quatre petites provinces. Les perdants et les gagnants d'une telle partition suivent une division nord-sud entre les pauvres Katanga (nord) et riche Katanga (sud, où toute l'industrie minière se trouve). Alors que certains politiciens du sud faveur de la décentralisation, les nordistes, en particulier la communauté Balubakat et le gouverneur de la province extrêmement populaire, Moïse Katumbi, sont opposés. L'attaque de Lubumbashi se passe exactement comme le président décide de relancer la décentralisation n'est probablement pas une coïncidence: les politiciens locaux manipulent souvent les combattants Maï-Maï de faire pression sur le gouvernement central. Même s'il n'est pas évident quelle faction politique est derrière cette dernière incursion, il est clair que, dans le Katanga, la décentralisation est un sujet de discorde qui pourrait transformer une province mal contrôlé dans un hotspot.

Événements à Lubumbashi montrent également que le président Kabila est en train de perdre son emprise sur son dernier bastion. Il a été élu en 2006 avec votes plupart des provinces orientales, mais en 2011, a perdu le soutien dans les Kivus en raison de l'intégration du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) milice dans l'armée, ce qui rend son soutien Katanga décisif. Son annonce de la décentralisation il s'est aliéné une partie de l'élite politique provincial, une circonscription très stratégique dans un contexte où les luttes entre les grands hommes du Katanga déjà sonner comme une campagne pré-électorale.

Depuis la mort de Katumba Mwanke, conseiller spécial du président Kabila et ancien gouverneur du Katanga, en Février 2012, le clan politique présidentielle a été déchirée par des conflits internes. Fédéralistes comme Jean-Claude Mayembo, le président de Solidarité congolaise pour la démocratie (SCODE) et Gabriel Kyunguwa Kumwanza, le président de l'Union nationale des fédéralistes du Congo (UNFAC) et président de l'assemblée provinciale, accusent Kabila de favoriser non-katangais et tenter d'imposer membres de sa famille sur l'establishment politique katangaise. Critique et division ouverte sont en hausse chez les partisans de Balubakat du président. Daniel Ngoy Mulunda, le président de la commission électorale, qui a aidé de nombreux observateurs pensent 2011 Victoire électorale de Kabila sûr, l'auraient accusé devant l'assemblée provinciale d'être un ingrat du Katanga. En outre, les groupes de la société civile ont même accusé certains chiffres anciens et actuels dans le gouvernement de Kabila de complicité dans la prise de Lubumbashi.

Le gouverneur du Katanga et la mission de l'ONU au Congo (MONUSCO) ont géré la crise Lubumbashi, persuader les combattants Bakata Maï-Maï de se rendre. Une fois de plus, les autorités de l'ONU et locales ont rempli le vide, apportant la stabilité en l'absence de gouvernement central, qui pour sa part seulement ensuite ouvert une enquête parlementaire sur l '«événement Lubumbashi" et a suspendu le général en charge de la sécurité dans la province.

Le Président Kabila semble perdre de plus en plus de contrôle sur le territoire congolais: la combinaison d'un vide sécuritaire, la perte de son influence sur les politiciens katangais et un ensemble de décisions politiques à haut risque est un mélange dangereux. Il s'appuie sur des acteurs extérieurs à son gouvernement pour assurer la sécurité, le dernier exemple étant le déploiement de troupes de pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe pour accomplir la mission de l'armée congolaise a été incapable de remplir depuis 2006: les groupes armés de neutralisation du Congo. Avec le vote de la résolution 2098 du Conseil de sécurité des Nations unies le 28 Mars, autorisant la création d'une brigade d'intervention, la lutte contre les groupes armés dans l'Est du Congo est devenue, plus que jamais, l'activité des forces régionales.

La décision prise par les partenaires de la RDC à jouer un rôle de sécurité robuste à l'appui du gouvernement Kabila était de retour compréhensible en 2006, quand il a été nouvellement élu à une époque de grand optimisme. Mais en 2013, après sept années de son règne, les institutions restent faibles et le gouvernement a fait preuve d'un manque constant de l'intérêt et la capacité à améliorer la sécurité de la population congolaise. Ces années perdues ont abouti à un régime totalement dépendante de l'aide extérieure et d'un système de «gouvernance par substitution» en RDC. L'ONU et maintenant les forces de l'ONU / SADC offrent demain un filet de sécurité pour le régime; bailleurs de fonds occidentaux, des ONG et des églises offrent des services sociaux à la population, et la Chine et le secteur privé de construire l'infrastructure routière.

Après avoir refusé de réformer 2006-2011, le Président Kabila semble maintenant être d'accord avec la décentralisation et la réforme du secteur de la sécurité et du secteur des ressources naturelles. Cela peut, cependant, être trop peu, trop tard: en raison des élections frauduleuses de 2011, la suspension de facto du processus électoral provincial (élections locales devaient avoir lieu en 2007 mais ont été sans cesse repoussée), et le 2012 au Nord-Kivu crise, la crédibilité politique de Kabila est au plus bas de tous les temps. Que ce soit son régime peut maintenant faire adopter des mesures comme politiquement sensibles comme la décentralisation, la réforme du secteur des ressources naturelles et la réforme du secteur de sécurité sans attiser davantage, peut-être même plus violent, l'instabilité, reste à voir.

 

Marc-Andre Lagrange

Marc-Andre Lagrange est l'analyste principal pour l'Afrique centrale, basé à Nairobi, au Kenya.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents