Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Obama-Kagame. Le Rwanda sommé de cesser tout soutien au M23

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 20 Décembre 2012, 09:41am

Catégories : #Actualite


Après plusieurs dénonciations faites par le Sénat américain ainsi que par les Ong internationales sur l’incapacité des Etats-Unis à condamner formellement le Rwanda, Barak Obama vient enfin de demander à Paul Kagame de mettre fin à tout soutien aux rebelles du M23.

Le communiqué du Président américain se contente tout simplement de dire que tout soutien au groupe rebelle M23 est incompatible avec le désir de stabilité en Rd Congo, mais ne prévoit aucune sanction contre Paul Kagame, pourtant cité par les experts des Nations Unies de fournir troupes, formation, armes et munitions aux rebelles

Entre-temps, Hervé Ladsous, le Secrétaire général adjoint de l’ONU en charge des opérations de maintien de la paix constate malheureusement que malgré la tenue des pourparlers à Kampala, les rebelles effectuent des déplacements erratiques mais inquiétants autour de Goma. Raison pour laquelle il se dit prêt à envoyer des renforts

Mais de quoi seront capables les nouveaux renforts, sans requalification du mandat de la Monusco, lorsqu’on sait que cette force de 17.000 hommes bien armés, bien équipés, avec un budget de 1,200 milliards de dollars Us est incapable depuis une dizaine d’années de résoudre le problème.

Le président américain Barack Obama a demandé mardi dernier à son homologue rwandais Paul Kagame de mettre fin à tout soutien aux rebelles en République démocratique du Congo (RDC), indique un communiqué de la Maison Blanche. Lors d’un appel téléphonique, Barack Obama a souligné que tout soutien au groupe rebelle M23 était incompatible avec le désir de stabilité et de paix du Rwanda, précise le document.

La publication de ce communiqué intervient quelques heures après que les Etats-Unis aient fermement appelé à l’arrestation et à la poursuite en justice de deux chefs rebelles rwandais et congolais recherchés pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale (CPI).

Durant leur conversation, MM. Obama et Kagame ont également discuté des problèmes de gouvernance de longue date de la Rdc, selon la Maison Blanche. Le président Obama a salué l’engagement du président Kagame à promouvoir la recherche d’une solution pacifique dans l’Est de la République démocratique du Congo, ajoute-t-on de même source. Le président américain a lancé un appel en faveur d’un accord politique qui préserve la souveraineté de la RD Congo.

Le silence coupable d’Obama

Il est curieux pour le président Barak Obama d’avoir attendu que la ville de Goma tombe entre les mains des terroristes, que des milliers de populations soient contraints à l’errance, que des centaines de morts soient enregistrés, que les Ong internationales aient dénoncé l’implication du Rwanda, que les experts des Nations Unies aient démontré noir sur blanc l’implication du Rwanda, que les vaillants Sénateurs américains aient exigé à leur président de prendre une position ferme condamnant le Rwanda, pour qu’il se prononce enfin.

Ceci pour dire que si Barak Obama est intervenu aujourd’hui, c’est parce qu’il a été soumis à une forte pression de l’opinion publique américaine qui ne comprenait pas pourquoi ce pays, pourtant épris de paix et de liberté, de surcroit gendarme du monde, pouvait facilement accepter que le Rwanda agresse ouvertement et de façon flagrante la Rd Congo.

C’est aussi le signe visible que son cœur est au Rwanda, mais jamais en Rd Congo. Comportement qui entre en contradiction avec les discours tenus par Obama depuis son avènement à la Maison Blanche.

Dans ses discours, il a toujours manifesté sa volonté de n’accepter aucun dirigeant qui se soit imposé par les armes. Dans la même optique, il s’est aussi engagé à ne pas accepter qu’un pays agresse un autre. Fait qui s’est avéré aujourd’hui en ce qui concerne le Rwanda.

Mais ce comportement du président Obama ne doit pas surprendre les congolais, lorsqu’on sait que l’ami personnel du président américain, Mme Susan Rice, Représentante des Etats-Unis auprès de l’ONU, a pratiquement adopté Paul Kagame. Cette dame, chaque fois qu’une résolution est proposée pour condamner le président et le gouvernement rwandais, s’organise pour l’écarter tout simplement, ou l’adoucir, en la vidant de toute sa substance.

Quels renforts pour la Monusco ?

Malgré la tenue de ces pourparlers directs à Kampala entre le Gouvernement de la Rd Congo et les rebelles du M23, ces derniers effectuent des déplacements « erratiques mais inquiétants » autour de Goma et la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) est en alerte, indique le Secrétaire général adjoint de l’ONU en charge des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous. Ce dernier a indiqué mardi qu’il était « prêt à envoyer des renforts ».

« Il est prévu que les renforts soient en mesure d’être acheminés très très vite à Goma si les circonstances l’exigent », a-t-il déclaré. M. Ladsous a également fait part au Conseil de sécurité de ses observations quant à des tensions accrues dans la région.

Un peu plus tôt mardi, le porte-parole de l’ONU, Martin Nesirky, avait indiqué qu’une enquête de la Monusco avait permis de « confirmer au moins 126 cas de viols », commis en novembre par des soldats gouvernementaux, et les meurtres de deux civils dans cette partie est de la RDC.

Mais la question qui revient sur toutes les lèvres est celle de savoir de quoi seront capables les nouveaux renforts des troupes, lorsqu’on sait que la Monusco, une force de 17.000 hommes bien armés, bien équipés, avec un budget de 1,200 milliards de dollars Us, est incapable depuis une dizaine d’années de résoudre le problème.

Allons-nous envoyer des militaires issus des pays qui n’ont aucune expérience de la guerre ? Car en réalité, au lieu d’envoyer de vraies unités combattantes, les Nations Unies se contentent d’envoyer des unités des pays qui n’ont rien à voir avec la guerre et qui ne pourront pas apporter une contribution attendue à la Rd Congo. C’est le cas des Indiens, des Bengalis, des Philippins…dont on connaît les limites en ce qui concerne les stratégies et techniques de la guerre. En réalité, le Conseil de sécurité doit lever l’option sur un nouveau mandat de la Monusco pour permettre à ses troupes de combattre aux côtés des FARDC. Aussi longtemps que les troupes de la Monusco vont continuer à répéter le refrain de la protection des civils sans effectivement s’impliquer dans la guerre, leur action sera toujours inefficace aux yeux de la population.

Le président américain doit cesser avec cette politique de deux poids deux mesures, en évitant de tomber dans le piège de ses proches. Il ne doit pas montrer sa compassion envers les Afghans en mobilisant le monde entier pour lutter contre les terroristes, pendant que les rebelles du M23 sont les terroristes au même titre que ceux de tous les Etats voyous. D’ailleurs pour ces terroristes, les Etats-Unis d’Amérique ont eux-mêmes gelé leurs avoirs, tout en leur interdisant de voyager. Dans de telles circonstances, pourquoi Obama ne s’implique-t-il pas à fond pour mettre un terme à cette complaisance ?

L’Avenir

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents