Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Question de mémoire: Est du Congo: pourquoi la stabilisation a échoué

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 23 Mai 2013, 09:17am

Catégories : #Actualite

Depuis la mutinerie de Bosco Ntaganda en Avril 2012 et la création subséquente du mouvement rebelle 23 Mars (M23), la violence a repris les Kivus. Mais la crise d'aujourd'hui porte les mêmes caractéristiques que hier, une conséquence de l'échec de la mise en œuvre du cadre 2008 pour la résolution du conflit. Plutôt que de mettre en œuvre efficacement le Mars accord de paix 23 2009 signé par le gouvernement et le CNDP (Conseil National pour la Défense du Peuple), les autorités congolaises ont lieu seulement feint l'intégration du CNDP dans les institutions politiques, de même que le groupe semble ont seulement fait semblant d'intégrer l'armée congolaise. En outre, en l'absence de la réforme de l'armée convenu, la pression militaire sur les groupes armés n'a eu qu'un effet temporaire et, en outre, la reconstruction post-conflit n'a pas été accompagnée par des réformes en matière de gouvernance essentielles et le dialogue politique. Pour s'éloigner de la gestion de crise et vraiment résoudre ce deux décennies de conflit vieux, les donateurs devraient faire pression sur Kigali et Kinshasa.

Le M23 se comporte d'une manière similaire à des mouvements rebelles précédentes en créant sa propre administration et son propre système de financement dans certaines parties du Nord-Kivu. Pendant ce temps, les groupes Maï-Maï se développent dans les zones rurales où ils commettent des atrocités qui exacerbent les tensions inter-ethniques. En Juillet de cette année, conformément à l'architecture de paix et de sécurité, la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) a organisé un dialogue régional afin d'éviter les conflits entre le Rwanda et la RDC. Malheureusement, le résultat de cela était une solution irréaliste et inefficace: le déploiement d'une forte de 4.000 force neutre à la frontière entre le Rwanda et la RDC. Si les bailleurs de fonds internationaux et les médiateurs africains persistent dans la gestion de la crise plutôt que de le résoudre, il sera impossible d'éviter de tels cycles répétitifs de rébellions dans les Kivus et le risque de violence à grande échelle restera. Au lieu de cela, pour enfin résoudre ce conflit, il est essentiel que le Rwanda met fin à son implication dans les affaires congolaises et que le plan de reconstruction et les accords politiques signés dans les Kivus sont correctement mises en œuvre. Pour ces choses arrivent donateurs occidentaux devraient maintenir la suspension de l'aide contre le Rwanda jusqu'à la publication du prochain rapport du groupe d'experts de l'ONU, en plus d'émettre un avertissement clair aux autorités congolaises qu'elles ne fourniront pas de financement pour la stabilisation et le soutien institutionnel jusqu'à le gouvernement améliore le dialogue politique et la gouvernance dans l'administration et dans l'armée à l'est, tel que recommandé par le Groupe de crise à plusieurs reprises.

À court terme, cette crise peut être traitée par les initiatives suivantes:

  • la négociation et le suivi d'un cessez-le feu entre les autorités congolaises et la M23 par l'ONU;
  • la réactivation d'un mécanisme conjoint de vérification efficace et permanente pour la frontière entre la RDC et du Rwanda, comme prévu par la CIRGL, qui devrait être doté des ressources techniques et humaines nécessaires;
  • l'ajout des individus et entités qui soutiennent les groupes armés M23 et d'autres à la liste des sanctions de l'ONU et de l'examen d'un embargo sur les ventes d'armes à destination du Rwanda;
  • l'évaluation conjointe de l'accord du 23 Mars 2009 dans le cadre du comité international de suivi, il a créé et cette évaluation devrait servir de base à la reprise du dialogue entre le gouvernement et le CNDP;
  • le lancement d'initiatives de paix locales de Walikale, Masisi, Shabunda et Kalehe zones où les tensions ethniques est élevé par la MONUSCO et le gouvernement;
  • l'arrestation et le transfert de Bosco Ntaganda à la Cour pénale internationale (CPI), et
  • le lancement d'une enquête de la CPI sur les actions du M23 et de nouveaux groupes armés, et à la demande de la CPI que la MONUSCO lui transférer ses fichiers concernant M23 leaders.

Après analyse de l'échec de la stabilisation des Kivus dans le rapport Congo: Pas de stabilité au Kivu malgré le rapprochement avec le Rwanda , ce nouveau briefing de Crisis Group explique la flambée de violence et souligne que les Kivus n'ont pas besoin d'une nouvelle approche stratégique, mais plutôt les accords de paix et les plans de stabilisation ne devraient plus rester vaines promesses. Pour ce faire, la pression coordonnée et sans équivoque est exigé des bailleurs de fonds qui aidera à financer le régime rwandais et congolais.

 

http://www.crisisgroup.org/en/regions/africa/central-africa/dr-congo/b091-eastern-congo-why-stabilisation-failed.aspx

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents