Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


RDC : Bataille électorale, Vital KAMERHE opte pour la duplicité

Publié par Gabriel manzukula Mjrrdcongo sur 20 Septembre 2011, 07:20am

Catégories : #Actualite

Voilà succinctement la personnalité contradictoire de Vital Kamerhe qui est toujours sur du charbon ardent et qui ne sait pas à quel Saint se vouer pour se faire légitimer comme opposant.

S’il y a une personne qui devait se taire et éviter des réactions inconsidérées à quoi  que, c’est bien Vital Kamerhe, ancien speaker de la chambre basse, ancien secrétaire général du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), parti présidentiel, en tout l’homme fort du pré-carré de Joseph Kabila, son mentor de toujours.

Pourtant, le pré-carré d’un pouvoir, dans le jargon politique, désigne un gouvernement parallèle constitué de ces personnages qui évoluent dans l’ombre. C’est  une sorte de brain-trust très influent par qui passent généralement toutes les grandes décisions. Tous les présidents du monde ne font pas exception à cela. C’est dans l’ordre normal des choses qu’ils comptent avec leurs hommes de confiance.

Mais ce qui est troublant, c’est quand un membre de ce genre d’officines traverse la rue avec armes et bagages et se met à tirer à boulets rouges sur celui qu’il avait tant adulé hier. Il se pose là alors un véritable problème. La crédibilité vis-à-vis de l’opinion, désormais perplexe sur les déclarations, est en mal.

C’est la position inconfortable dans laquelle se trouve à ce jour Vital Kamerhe ; Président de l’Union Nationale Congolaise (UNC), ancien bras droit et membre très influent de cette officine appelée gouvernement parallèle. Pourtant dans ce statut peu enviable, Kamerhe a intérêt à se taire car chacune des ses déclarations faites comme d’habitude à l’emporte-pièce a toujours le malheur de se retourner contre lui, toujours considéré comme un homme du pouvoir de Kabila que les vrais « opposants » comme Tshisekedi Wa Mulumba qualifient de taupe à la solde du pouvoir pour les diviser.

C’est dit au grand jour. Ce qui veut dire que Vital Kamerhe n’est pas encore accepté comme opposant comme il se l’est autoproclamé avec pompes devant ses seuls partisans. Sa dernière déclaration au sujet du dernier discours du Président de la République qui avait fait un bilan positif de son mandat laisse pantois. Kamerhe soutient haut et fort que Kabila a échoué sur tous les plans.

Venue, de lui, une telle déclaration est mal ressentie surtout qu’elle l’enferme tout de suite dans des cinglantes contradictions. Prenons son hypothèse d’échec sur toute la ligne comme vraie. Mais il aura oublié qu’il doit partager cet échec avec Kabila. Il devra être le premier à l’endosser en tant que Président de l’Assemblée nationale à l’époque des faits, c’est-à-dire de 2006 à 2009, avec entre ses mains un puissant pouvoir de censure sur le gouvernement. Qu’en avait-il fait pour qu’il n’y ait pas d’échec ? se demandent les analystes qui ne voient en lui qu’un homme assis sur le bras de la chaise.

Kamerhe, constructeur de l’échec s’il y a

Puisque l’échec est total dans sa logique, c’est que la dérive de l’Exécutif n’a pas commencé avec sa défenestration de l’Assemblée nationale, mais avant. Qu’avait-il fait quand il s’en était rendu compte ? Combien de fois a-t-il tiré la sonnette d’alarme en interpellant le gouvernement ? Même dans le cadre plus restreint de la majorité, avait-il essayé de dénoncer l’échec qui avait déjà pris corps ? Si c’était le cas et qu’il n’avait pas été suivi, pourquoi alors n’avait-il pas rendu le tablier pour se dédouaner de cette responsabilité d’échec de l’ensemble de la majorité ?, les questions pleuvent pour juger les inconstances politiques de ce candidat présidentiable.

Autant de questionnements  qui montrent que Vital Kamerhe est très mal placé pour coter Joseph Kabila. Car si échec il y a, il est bel et bien comptable de cet échec et en premier lieu, en tant que censeur du gouvernement pendant trois ans. Est donc pris qui croyait prendre.

A ce titre, notre compatriote devrait plutôt avoir une posture de modestie et mettre sa langue bien enfermée dans sa poche. Lui, qui veut transformer le Congo en un Brésil d’Afrique Centrale, est d’abord incapable de régler harmonieusement le dossier du candidat unique de l’Opposition.

Si partout où il passe sa présence n’est qu’un élément de discorde et de désunion, comment compte-t-il alors maintenir l’unité du Congo là où Kabila l’a amené ? Sa présence dans l’Opposition n’a eu pour effet que d’amener celle-ci à présenter une pléthore de candidats, là où Joseph Kabila a réussi à fédérer toutes les forces mêmes au-delà de la majorité. Qui peut donner des leçons à qui ? N’est-ce pas Kabila qui est en position idéale de donner des leçons à ces opposants du dimanche comme le Président de l’Unc, Vital Kamerhe ?

Comment va-t-il gérer les dossiers coupe-gorge de l’Etat comme l’a fait Kabila en 10 ans s’il n’est pas en mesure de gerer  les dossiers de la petite plateforme de Sultani avec une huitaine de partis politiques de mallette qui ont sorti trois candidats  Présidents de la République après avoir claqué la porte à Fatima où 80 partis politiques avaient désigné Tshisekedi comme candidat unique de l’opposition.

Le même Tshisekedi, considéré pourtant comme un monument de la lutte pour la démocratie, Kamerhe ne loupe pas une seule occasion pour le diaboliser en le présentant comme « éternel opposant » à qui il va laisser l’Opposition car lui sera élu Président de la République qu’il pleuve ou qu’il neige.

Kamerhe inconstant

Voilà succinctement la personnalité contradictoire de Vital Kamerhe qui est toujours sur du charbon ardent et qui ne sait pas à quel Saint se vouer pour se faire légitimer comme opposant. Heureusement que cette qualité ne s’achète pas.

Quand il projette après sa victoire aux élections de ramener la présidentielle à deux tours avec obligation d’un débat contradictoire entre les deux candidats du deuxième tour. Encore une grosse contradiction dans son chef quand on sait qu’en 2006, alors que Joseph Kabila était prêt pour un débat contradictoire avec son challenger Jean-Pierre Bemba Gombo, c’est le même Vital Kamerhe qui passe de chaine en chaine pour démontrer que Bemba étant très brutal « le débat risquait de se faire en dessous de la ceinture ».

Aujourd’hui c’est le même Vital Kamerhe frappé d’amnésie qui exige le même débat contradictoire qu’il avait récusé en 2006. Quelle ridicule inconstance dans le chef d’un homme qui se dit homme d’Etat !

Or pour ce débat contradictoire, il sait que ce n’est pas Joseph Kabila dont il a vanté l’intelligence  dans son livre « Voici pourquoi j’ai choisi Kabila » qui peut redouter un tel débat, lui qui a eu des séances de travail avec des sommités du monde scientifique. Même avec le « Vieux Ya Tshitshi », Kabila est prêt.

Car Kamerhe n’a pas menti sur l’intelligence de Joseph Kabila, même aujourd’hui il n’a pas dit le contraire à ce sujet. Mais il est seulement en contradiction avec sa première pensée. « Pauvre Kamerhe, comme tu peux être homme à contradictions », lance un Kinois qui se dit fatigué de ses allocutions inconstantes.

Kandolo M

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents