Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


RDC : Consolidation de la République des copains

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 11 Juin 2013, 06:32am

Catégories : #Actualite

imageAbbé Apollinaire Malu Malu Muholongu

 

La nomination d’Apollinaire Malu-Malu Muholongu en qualité de président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), dont le but non avoué est archiconnu de tous indique clairement que ceux qui sont au pouvoir se moquent littéralement du peuple congolais. Quoiqu’ils dirigent le pays par la force des armes et donc par défi vis-à-vis du souverain primaire, il était inimaginable qu’ils s’évertueraient à crier leur ignominie sur le toit du monde. L’acte qui vient d’être consommé est très significatif. Il met un terme à l’espoir de vivre, avec ce régime, même un semblant de démocratie. Il consacre la dictature dans tous ses fondements. Et plus que cela, il consacre et consolide la république des copains. Le pays n’appartient plus aux Congolais. Il appartient plutôt à une clique de bandits et de mercenaires qui le gèrent comme ils veulent et cela sans aucune règle de décence, sans remord ni inquiétude pour eux. Est-ce encore ce pays dont nous arborions le rêve qu’il soit le fer de lance de la renaissance africaine ?

Ailleurs, les jours passent et ne se ressemblent toujours pas. Mais, au pays de Kimbangu et Lumumba, depuis qu’une junte de la pire race des politicailleurs est au pouvoir, les jours passent et se ressemblent… Tellement, rien ne change ou encore mieux, s’il y a quelque chose qui change, c’est en réalité pour ne rien changer en perspective. Voici le dilemme que vit le grand Congo qui est en train de se rapetisser au jour le jour, non seulement sur le plan physique où le gouvernement central de Kinshasa ne contrôle plus, depuis plus d’une année, une grande portion du territoire au Nord Kivu, pour laquelle, il n’exerce désormais aucune souveraineté. 

En se fiant au slogan aux résonances sonnantes et même savantes, il était permis de penser que quelque chose aller changer. Que le pays se dirigerait vers la modernité clamée et publicisée à longueur des journées sur les médias du pouvoir. Rien de tout cela. Le pays dirigé par Kabila 12 ans durant sombre toujours dans la médiocrité, incapable de nourrir ses fils et de les alimenter en eau courante et en électricité. Le délestage qui devait être une pratique provisoire, une pratique bouche-trou, est devenu la norme. Et la pire des choses, les gens s’y sont accoutumés. Ils trouvent désormais cette vie de paria naturelle.

Sur le plan politique, rien ne démontre que le pays évolue dans la bonne direction. Après le hold-up électoral, on pouvait bien s’imaginer que ceux qui ont voulu conserver le pouvoir à tout prix, se mettraient à l’œuvre pour transformer le quotidien de la population afin de mériter les portefeuilles qu’ils occupent ou des titres pompeux qu’ils arborent. Une fois de plus, rien de concret n’est tombé sur la table des Congolais. Le panier de la ménagère continue à être misérable. Les salaires de beaucoup d’employés sont impayés. Dans l’entre-temps, les médias internationaux nous apprennent qu’un certain « Joseph Kabila », président de son état, figure parmi les hommes d’État le mieux rétribués du monde. Comme si le ridicule ne tuait pas, ses députés sont également parmi ceux dont les émoluments sont les plus élevés au monde.

En matière de paradoxes et de contradictions, la RDC n’a pas d’égale. Il est à se demander si parmi les députés qui sont à la mangeoire nationale, aucun d’entre eux ne pourrait prendre l’initiative d’introduire une loi pour débaptiser le pays afin de lui ôter le qualificatif de démocratique. Pourquoi vouloir d’abord l’afficher et chercher à le conserver si dans la réalité le pays est loin et très loin d’être démocratique ? Si on s’en passait, il y aurait lieu de considérer la situation autrement. Imaginez un instant que vous affichez sur le l’étalage des marchandises les prix ou encore la qualité de la marchandise. Quand le client s’amène à la caisse, on lui exige un autre prix ou on lui livre la marchandise qui n’est pas conforme à la qualité affichée. Qu’est-ce cela démontre ? N’est-ce pas le manque de sérieux ? 

Ce comportement de déni de la démocratie déshonore non seulement les apprentis sorciers qui vivent au dépend de la population mais bien tout un peuple. Tout ceci a un rapport étroit avec le sujet d’actualité qui est la nomination d’Apollinaire Malu-Malu Muholongu en qualité de président de la CENI. C’est en réalité du remake. Plus que cela, c’est de l’absurde à l’état pur. Enfin, c’est un non-sens sur le plan politique. Ceci démontre, que ceux qui prétendent diriger le pays et ceux qui les conseillent dans l’ombre ne savent plus où donner de la tête. Faut-il rappeler que la gestion de Malu-Malu à la tête de la CEI fut lourdement critiquée et condamnée pour son impartialité très marquée et pour son arrogance hors limite ! Faut-il aussi rappeler que le pays ne s’est pas encore remis des élections frauduleuses de 2011 et qu’il y a toujours la crise qui secoue les institutions et dont une des conséquences palpables est la grave fracture au niveau de la cohésion nationale ? Mais alors, pourquoi, même si l’on a l’intention de tricher ou frauder les prochaines élections, ne pas désigner quelqu’un d’autre du sérail juste pour démontrer la bonne foi de vouloir jouer le jeu à armes égales, dans la transparence et sans a priori ? Est-ce l’absence d’autres cadres compétents qui justifie ce choix autour d’un seul individu, compromis qu’il est jusqu’à la moelle épinière dans les manœuvres de favoritisme à l’égard de Kabila ?

Sa nomination dont le but non avoué est archiconnu de tous indique clairement que ceux qui sont au pouvoir se moquent littéralement du peuple congolais. Quoiqu’ils dirigent le pays par la force des armes et donc par défi vis-à-vis du souverain primaire, il était inimaginable qu’ils s’évertueraient à crier leur ignominie sur le toit du monde. L’acte qui vient d’être consommé est très significatif. Il met un terme à l’espoir de vivre, avec ce régime, même un semblant de démocratie. Il consacre la dictature dans tous ses fondements. Et plus que cela, il consacre et consolide la république des copains. Le pays n’appartient plus aux Congolais. Il appartient plutôt à une clique de bandits et de mercenaires qui le gèrent comme ils veulent et cela sans aucune règle de décence, sans remord ni inquiétude pour eux. Est-ce encore ce pays dont nous arborions le rêve qu’il soit le fer de lance de la renaissance africaine ?

Mwamba Tshibangu

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents