Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


RDC : L’argent destiné à la campagne électorale de Tshisekedi détourné

Publié par Gabriel manzukula Mjrrdcongo sur 21 Septembre 2011, 07:27am

Catégories : #Actualite

Depuis l’Europe, l’argent destiné à la campagne électorale d’Etienne Tshisekedi aurait été détourné par ses plus proches, a – t – on appris de sources généralement bien informées. C’est faux, rien n’a été détourné, rétorque le Directeur de cabinet du Sphinx de Limete qui se dit en outre ne rien savoir d’une quelconque invitation adressée au président de l’Udps par Eduardo dos Santos, président de l’Angola.

De bon vent, il nous revient que le lider maximo qui poursuit son périple européen a une grosse épine enfoncée sous le pied et voit une page de ses rêves changée en véritable cauchemar. Les cotisations des membres et autres personnes de bonne volonté en vue de sa prochaine campagne électorale auraient pris une destination inconnue.

‘’Tu quoque filii mihi’’ 

D’aucuns pensent cependant que ladite somme faramineuse déjà réunie (dont la source n’a pas précisé la hauteur) aurait atterri dans des poches des individus les plus proches, pas des gens du dehors, mais bien ‘’ceux – là même qui sont liés à lui par le sang et pour la conquête du pouvoir comme ils se déclarent’’, renchérit- on. De quoi susciter plusieurs interrogations et provoquer d’interminables insomnies au plus vieux candidat à la présidentielle dont les jours (de l’élection) sont comptés. Est-ce le cas de César à Brutus : ‘’Tu quoque filii mihi’’ ? (traduisez : Toi aussi mon fils ?). Les chances sont amoindries lorsqu’on est combattu sur tous les fronts, tant du dedans que du dehors. Il vaut mieux réfléchir deux fois ; à malin, malin et demi.

Pour rappel, depuis l’année passée déjà, des combattants, hommes d’affaires, personnes tant physiques que morales avaient pris la décision de se cotiser jusqu’au dernier sou afin de permettre à Etienne Tshisekedi d’avoir un matelas consistant pour faire face aux exigences électorales : voyages, dépôt de candidature, campagne électorale proprement dite avec son chapelet à mille graines,… pourvu que Kabila parte par la grande porte. ‘’Il n’y a plus rien de tout cela aujourd’hui’’, affirme notre source.

Une invitation volatilisée

Et comme il n’y a pas un sans deux, le président angolais José Eduardo dos Santos, selon la même source, aurait adressé, en date du 6 septembre dernier, une invitation au président de l’Union pour la démocratie et le progrès social, aux fins de peaufiner ensemble des stratégies pour la victoire de Tshisekedi à la présidentielle de novembre, et lancer des accords bilatérales de coulisse. Hélas, ‘’l’invitation aussi est portée disparue, toujours par le truchement de ces mêmes taupes qui volatilisent tout’’, a soutenu l’homme par la suite, qui a naturellement requis le strict anonymat. Pourtant, on ne va pas en campagne électorale mains vides ; encore moins comme un enfant. Les électeurs congolais n’ont pas encore compris que le projet de société pèse plus lourd que tout autre appât. Ils ne suivent pas des discours seulement, si alléchants soient-ils.

En attendant, disons sans peur d’être contredit que là aussi, qu’au regard de cette opinion qui ne se veut pas détractrice, le ver est dans le fruit et que le candidat Tshisekedi est visiblement très mal parti, au risque de ne pas battre campagne comme il se doit, faute de moyens conséquents de sa politique. Qui accusera–t–il si jamais échec s’en suivait ? Est–ce que les bienfaiteurs vont encore essayer de mettre la main dans la poche ? Ce n’est pas à nous de répondre. Est- ce que faute de moyens, Tshisekedi pourrait revenir sur sa décision en renonçant de briguer la magistrature suprême en faveur d’un autre candidat de l’Opposition ? La question reste posée et Dieu seul sait. Sinon, avec quoi le « Mandela congolais » agirait – il conséquemment afin de ne pas permettre à l’ultime bifteck de lui échapper ?

Tout ce sabotage interne s’organise alors que de son côté, la Majorité kabiliste bat le rappel des troupes et invite toute la plate-forme à se retrouver dès la semaine prochaine à Kinshasa, et le mois d’octobre sur toute l’étendue de la République. Ce, afin de réunir les moyens nécessaires en vue de soutenir la campagne de leur candidat. Ils amasseront des milliards, à ne point douter au profit des chances inégales… Moleka dément Mais aux dernières nouvelles, contacté au téléphone par votre journal qui voulait en obtenir un autre son de cloche, le Directeur de cabinet d’Etienne Tshisekedi, Albert Moleka a démenti cette information en bloc. D’après lui, « rien n’est détourné par qui que ce soit et le président Tshisekedi, qui du reste se porte à merveille, n’a jamais reçu une quelconque invitation du protocole d’Etat angolais (…) ». Ainsi dit, devant le doute, seul l’avenir nous éclairera.

Des signes qui ne rassurent pas

A l’analyse de tout ce qui arrive au leader charismatique de Limeté, l’opinion est tentée de croire qu’il s’agit là des signes qui ne rassurent pas quant à sa participation aux élections de novembre 2011. La même opinion n’avait pas du tout apprécié le dispositif sécuritaire accordé à leur leader lors de son arrivée à Bruxelles. Même si les autorités belges se sont défendues en disant qu’il était présidentiable, et qu’à ces conditions il méritait qu’il soit ainsi protégé.

La même opinion n’a pas compris pourquoi Etienne Tshisekedi, tout en étant à la prison de La Haye, n’a pas voulu rendre visite à Jean-Pierre Bemba, préférant réconforter le Congolais Thomas Lubanga. La visite d’Etienne à Thomas Lubanga Dillo était donc un message fort adressé au gouvernement en place qui ne fait aucun effort pour défendre les ressortissants congolais détenus à la Cpi et faire en sorte que ces derniers soient transférés au pays. Il s’agit des propos qui ne pouvaient que faire tâche d’huile, lorsqu’on sait que Thomas Lubanga est poursuivi pour crime de guerre, plus précisément le recrutement d’enfants lors du conflit armé que la Rd Congo a connu. Il est vrai qu’il appartient à tout le monde de rendre visite à un détenu. Mais dire que son pays ne fait rien pour le protéger, ce n’est pas connaître comment fonctionne la CPI.

Pour rappel, la Rd Congo est un Etat partie aux statuts de la CPI. A ce titre et au regard des crimes graves qui se sont commis dans ce pays, les autorités congolaises ont été obligées de saisir la CPI qui a lancé un mandat d’arrêt international, avant que le Congolais ne soit livré. Là où les Congolais, du moins ceux qui soutiennent la candidature d’Etienne Tshisekedi voulaient qu’il arrive, il s’est contenté plutôt de visiter un autre Congolais dont l’impact de popularité sur terrain mérite d’être démontré. En réalité et étant donné son statut de candidat président de la République, Tshisekedi se devait de rencontrer Jean-Pierre Bemba, même si c’était pour une énième fois, afin de solliciter une fois de plus les voix de ses militants éparpillés sur toute l’étendue du territoire national.

Malheureusement ou mauvaise coïncidence, pendant que le Sphinx loupait de rencontrer Bemba, ses lieutenants, tout en étant divisés, ouvraient grandement les bras à la candidature de Vital Kamerhe, soi-disant qu’il est venu solliciter notre électorat. Et pourtant, la réalité est que le MLC, très mal en point sur terrain, a préféré s’approcher de certains présidentiables afin de négocier certains postes dans les futures institutions de la République. Ceci, parce qu’ils savaient déjà que Tshisekedi refuserait un tel compromis, préférant que tout le monde se batte, afin de glaner le plus grand nombre de députés aux prochaines élections qui pointent à l’horizon. Il s’agit d’une logique qui est même partagée par l’actuelle majorité au pouvoir. Elle qui s’est liguée derrière une candidature unique et commune, celle de l’actuel Président de la République, Joseph Kabila Kabange. Ici, les différents partis politiques se battront, afin de gagner plusieurs députés. Et c’est en fonction de cette prouesse, qu’ils prétendront postuler à certains postes ministériels.

Dans son édition n° 5126 du lundi 19 septembre 2011, l’Avenir a écrit ce qui suit dans un article intitulé : « Jour J-70,… Tous contre Tshisekedi » : On a l’impression que cette prophétie est en train de se réaliser, dans la mesure où c’est comme si tout est mis en musique afin de pousser le lider maximo à jeter l’éponge. Car, sans argent et sans un compromis au sein de l’Opposition politique, il lui sera difficile de parcourir le territoire congolais, mais aussi de les mobiliser à sa cause.

Même si Tshisekedi ne s’est pas lancé pour rien dans ce processus, et surtout qu’il s’agit de l’ultime bataille comme il l’a lui-même reconnu, on est d’avis qu’il pourra se dépasser et fixer l’opinion sur ses vraies motivations à gagner les élections de 2011. Sinon, c’est la déception qui sera au rendez-vous dans le chef de tous ceux qui rêvent de lui un jour au pouvoir.

Emmanuel Badibanga

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents