Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


RDC: Les élections 2011 hypothéquée: La Résistance populaire les rejette!

Publié par Gabriel Manzukula Mjrrdcongo sur 28 Juillet 2011, 13:49pm

Catégories : #Actualite

Le lundi 16 mai 2011, sur l’initiative du congolais Mampuya et du député français Noël Mamère, il s’est tenu au parlement français un colloque sur les élections en RD Congo intitulé : « République Démocratique du Congo : Elections sous haute tension: défis et enjeux » !
De nombreux résistants et résistantes congolais se sont déplacés et on a signalé la présence de la délégation du pouvoir de Kinshasa venue à Paris expressément pour participer à ce colloque et qui est restée très discrète! Jean Kalama-Ilunga, coordonnateur de l’Union de Congolais pour la Défense de la Patrie et du Peuple UCDP et porte parole de l’action de la Résistance populaire y était et il a accepté de se soumettre au jeu de questions d’Info UCDP pour éclairer l’opinion !


Jean Kalama- Ilunga, bonjour ! Le lundi 16 Mai 2011, vous étiez présent au parlement français où s’est tenu le colloque sur les élections en RD Congo. Au nom de la Résistance populaire, vous avez posé un acte patriotique fort! Vous avez, en effet, exigé à tous les participants, conférenciers compris, de se mettre debout pour une minute de silence en vue de rendre hommage aux plus de 6 millions de congolais massacrés injustement et rappeler qu’ils sont délibérément privés de justice! Quelle signification donnez-vous à cette quête majeure pour l’unité de la RDC et qu’envisagez-vous pour en faire un symbole du devoir de mémoire?


Jean Kalama-Ilunga: Pour avoir subi comme tous les congolais, la mort de plus de 6 millions de congolais privés délibérément de justice par la communauté internationale, il était, en effet, inconcevable, pour moi, de ne pas évoquer cette tragédie humaine sans précédent imposée au peuple congolais! Etant donné que le sujet du colloque était la République Démocratique du Congo, lorsque le modérateur, la journaliste de RFI Ghislaine Dupont ne m'a accordé que 30 secondes pour poser ma ''question'' sur un sujet aussi important pour mon pays, j'ai trouvé cette façon de faire aberrante et j'ai pris cela, sans être paranoïaque, comme une façon de m'empêcher de m'exprimer! Par réactivité, au lieu d'aller m'asseoir sans rien dire, le devoir patriotique m’a imposé de poser cet acte, au nom de la Résistance populaire, afin de rappeler à tout le monde que, sans la prise en compte de cette tragédie, tout ce qui se dit ou se dira sur la République Démocratique du Congo n’a ni n’aura aucun sens! Concernant le devoir de mémoire, je lance un appel solennel à tous les résistants congolais d’exiger désormais partout au monde : « la minute de silence », en mémoire de plus de 6 millions de congolais massacrés injustement, inutilement et qui sont privés délibérément de justice, « la minute de silence » partout où l‘on parle et l'on parlera de la RD Congo : les lieux où les congolais se rassemblent: les réunions, les fêtes, les stades; les églises, les écoles....etc.


Quel regard portez-vous sur les différentes approches des conférenciers autour de cette épineuse question des élections étant donné que la Résistance populaire les rejette?


Jean Kalama-Ilunga: J’ai suivi, très attentivement, les intervenants parmi lesquels :


Les élections 2011 en RDC…
1 seul congolais, notre compatriote Paul Nsapu Mukulu, président de l’ONG Ligue des Electeurs qui, s'agissant des élections 2011 en RD Congo, a brossé un tableau réaliste sombre sur l’état de la démocratie en République Démocratique du Congo! Il a mis le doigt sur les germes de conflits futurs lorsqu’il a évoqué, au regard de l’agitation du pouvoir qui tient, à tout prix, à organiser, dans les conditions décriées par tous les observateurs, ces élections abracadabrantesques procédant de l’improvisation et de l’amateurisme des acteurs au pouvoir, qui sont, pourtant, conscients qu'elles seront génératrices d'autres crises! Il a relevé, par ailleurs, plusieurs carences graves qui démontrent du manque de sérieux sur l'organisation notamment le fait qu' en amont, les congolais ne disposent pas de cartes d'identités en vue de l'identification de chaque personne lors de l'enrôlement aux listes électorales, voire il n'y a pas eu de recensement des populations congolaises depuis 1984 ! En réalité, les listes présentées par la CENI ont tout pour être factices, gonflées à volonté pour obnubiler les probables bailleurs de fonds et servir comme effets d’annonce! Paul Nsapu Mukulu s'est interrogé, enfin, pour savoir ce que le gouvernement de Joseph Kabila faisait depuis 2006, et qu'à 6 mois de fin du mandat, lorsqu'il est trop tard, son équipée de jouisseurs tente de se rattraper par une agitation sans précédent! 
Avant lui, le député français Noël Mamère est allé dans le sens de la réalité structurelle catastrophique en République Démocratique du Congo, du manque de transparence dans la gestion de l'Etat congolais et il a insisté sur la réalité du danger qui se profile à l'horizon si rien n'est fait aujourd'hui pour trouver la réponse politique appropriée! 
J'ai suivi M. François de Peyrecave, représentant des affaires étrangères de France, après avoir constaté et reconnu la complexité aigüe de la situation politique en RD Congo, a situé et conditionné le niveau de l'intervention de la France dans le processus électoral congolais! J'ai noté, dans son approche, qu'il s'est limité aux avis et considérations classiques propres à la pratique diplomatique! En effet, dans son analyse, il a évité de tenir compte des évolutions voire, des revendications pourtant réelles et crédibles notamment, celles de la Résistance populaire qui rejette en bloc la tenue de ces élections organisées par les tenants du pouvoir actuels en RD Congo, accusés de forfaiture. En aparté, j'ai dit à M. Peyrecave qu'en situation de complexité, de lui à moi, nous savons que la résolution des crises, superposées comme en RD Congo, ne peut se réaliser que dans la globalité et que ces élections ne sont pas la panacée pour résoudre ces crises! C'est pour dire que seule une crise majeure est susceptible d'imposer la nécessité de changement en vue d'éradiquer toutes les crises superposées et indissociables à savoir: crise d'homme, crise de moralité, crise sociale, crise financière, crise de confiance, crise d'autorité. . J'ai promis de lui écrire à ce sujet! 
La protection des populations civiles…
De la protection des populations civiles, sur l'intervention de madame Alexandra Novosseloff, chargée de missions aux Nations Unies et à la direction des affaires stratégiques au ministère de la Défense en France, loin de douter de ses compétences en la matière, sa présentation pédagogique de l'action de l'ONU en RD Congo par la MONUSCO dénotait une mise sous tutelle de fait de notre pays par les Nations Unies comme l’a si bien souligné le journaliste congolais Freddy Mulongo au travers de l’une de ses questions! J'ai, en effet, partagé l'avis de ce dernier lorsque madame Novosseloff s'est mise à égrainer le bilan de la MONUSCO ex MONUC qu'elle a qualifié de ''positif'' après 10 ans de présence des forces des Nations Unies en RDC par la MONUC puis MONUSCO émaillées d'exactions de toutes sortes, passées sous silence ! Bref, la finalité de cette présence reste floue et à élucider! On en parlera! J'ai apprécié, par ailleurs, l'apport de ma compatriote, assise derrière moi, qui a rappelé à madame Novosseloff, les massacres de Kiwanja devant les militaires de la MONUC par les milices du criminel Nkundabatware qu'ils avaient protégé durant 5 années! No Nkunda! No job! Elle lui a rappelé, en outre, les viols des femmes et des filles mineures commis par les soldats de la MONUC et passés sous silence! Quoi d'autres? Les trafics d'armes de guerre, de matières premières.... A la fin des explications de madame Novosseloff, j'ai pensé à ce qui s'est passé en Côte d'Ivoire où les forces de l'ONU ONUCI sensée protéger les populations civiles se sont mises, paradoxalement, à leur tirer dessus! Elles ont pris, ouvertement, partie pour un camp dans cette guerre civile ivoirienne ! Preuve à l'appui, les forces de l’ONU en Côte d’Ivoire n'ont pas protégé les populations civiles! Qu'est-ce donc la finalité de la présence forcée et permanente de plus de 20000 hommes armés en République Démocratique du Congo? Pour ma part, le conseil de sécurité devra mettre un terme à la présence militarisée de l'ONU que certains pays dits ''puissances'' veulent maintenir en RD Congo! Les raisons évoquées, n’ayant pas fait leurs preuves par l’éradication de la cause à la base de cette présence, la finalité de celle-ci devient celle d’entretenir la cause sans la résoudre de telle sorte qu’en cas de besoin, cette présence puisse servir, comme masque, en vue de briser notre quête patriotique de la souveraineté, de l'indépendance, de l'unité, de la paix, de la justice...! 
A la fin du colloque, j'ai tenu à serrer la main du général Joano, ancien commandant de l’Eusec, conseiller spécial Paix et sécurité en Afrique à la DGE affaires extérieures et Politico-militaires de l'U.E. qui est intervenu, aussi, sur la partie de la protection des populations civiles ! A mon avis, le général Joano a su trouver les mots justes, sans faux fuyant, crus, comme, seul, un soldat sait le faire, pour expliquer au travers des faits concrets, la superposition des crises qui minent la République Démocratique du Congo! Il a aussi mis le doigt sur le manque flagrant de volonté politique à tous les niveaux qui constitue un frein contre le retour à la normalité en RD Congo! Certains intervenants l'ont souligné aussi! 
L’impunité institutionnalisée…
S'agissant de l'impunité institutionnalisée qui sévit en RD Congo sous Joseph Kabila, comme l'ont souligné presque tous les intervenants, le cinéaste Arnaud Zatman qui avait coréalisé le documentaire sur l'assassinat de Mzee Laurent Désiré Kabila, nous a montré un extrait du documentaire qu'il prépare sur le système carcéral en RD Congo! Dramatique! Nombreux innocents croupissent injustement dans les prisons-mouroir sans autre espoir que celui de mourir vite! Scandaleux! 
En aparté, j'ai signifié ma déception au représentant de la CPI lequel j'ai, malheureusement, oublié le nom! J'ai dit à ce monsieur qu'il est venu nous enfumer en nous parlant de l’arrestation des seconds couteaux comme bilan de la CPI contre l'impunité en RD Congo au lieu de nous parler de la mise en cause des commanditaires de crimes de guerre, contre l'humanité et génocide en RD Congo qui ont produit plus de 6 millions de morts que sont l'américain Bill Clinton, le britannique Tony Blair, le ruandais Paul Kagame, l'Ougandais Yoweri Museveni! Je lui ai dit que la CPI a démontré qu'elle n'est qu'une institution instrumentalisée au service des pays qui s'autoproclament ''puissances''! Le cas Jean Pierre Bemba fait foi! En tant que témoin gênant sur la RD Congo contre les commanditaires, on l'enferme pour des motifs fallacieux concernant la Centrafrique! Je l'ai mis en garde que si, la prochaine fois, il a l'outrecuidance de parler de la RD Congo de la même manière, le résistants de République Démocratique du Congo l'humilieront et le transformeront en ''pâté''! D'autres intervenants, tels Florent Geel, responsable Afrique de la Fédération Internationale des droits de l'homme FIDH, bien qu'il ait évoqué la dérive du procès Chebeya, et dénoncé de nombreuses violations des droits de l'homme, a eu maille à imposer son point de vue face à la résistance qui l'a traité de donneur de leçon au regard de ses accointances tendancieuses avec le pouvoir de Joseph Kabila! 


Quelles sont les raisons profondes qui militent pour le rejet des élections présidentielles 2011 par la Résistance populaire? 


Jean Kalama-Ilunga: Politiquement, dans une interview en 2010, intitulé: «Pour sauver le Congo, Joseph Kabila ne doit pas se présenter comme candidat aux élections de 2011!» diffusée sur plusieurs sites internet, j'avais donné la solution pour endiguer, la catastrophe prévisible s'il maintient l'option de rester coûte que coûte au pouvoir! Pour consulter ce document, il suffit d'écrire l'intitulé sur la page d'accueil Google! En effet, de bonne foi, nous avions pris en compte le fait avéré que Joseph Kabila ne disposait plus de degré de liberté ni de ressources indispensables pour gérer la complexité qui prévaut en République Démocratique du Congo! C'est la raison pour laquelle nous avions suggéré qu'il était temps pour lui de choisir de partir du pouvoir avec élégance en n'étant pas candidat aux élections présidentielles de 2011! Malheureusement, le manque de vision a eu le dessus et, non seulement, il s'entête à être candidat pour conserver le pouvoir, mais, il se permet d’enfoncer le clou, en mettant en place tous les dispositifs de tricherie inacceptables! 


Bien que reconnaissant les élections comme moyen démocratique permettant d'accéder au pouvoir, la Résistance populaire, pour sauver le Congo, rejette ces élections 2011 pour lesquelles Joseph Kabila fait des pieds et des mains pour les organiser et tricher au regard des tripatouillages et violations de certaines dispositions constitutionnelles. Les raisons profondes à la base de cette prise de position sont d'ordre qualitatif ! Ces raisons sont positionnées comme variables cachées génératrices des conflits et crises à tout moment: 


La dictature totalitaire: Toute lecture objective de l'échiquier politique de la République Démocratique du Congo démontre que toutes les institutions de la république sont caporalisées au service d'une seule personne, Joseph Kabila: Les médias officiels sont exclusivement à son service si bien que personne ne peut y accéder pour critiquer son bilan ou dire quoique ce soit contre sa personne! La fameuse haute autorité sur les médias ne sert que de voile pour cacher cette mainmise! La banque centrale, l'OFIDA, les entreprises publiques...etc. fonctionnent au gré de ses intérêts de pouvoir! Il n'y a pas de contre-pouvoir, ni de séparation de pouvoir en République Démocratique du Congo, l'opposition parlementaire ne sert que de décor! Le Sénat, le Parlement sont caporalisés et ne servent qu'à avaliser les fantasmes de confiscation de pouvoir. C’est lui qui nomme tout le monde aux différents postes de pouvoir communes, entreprises publiques, il s’est offert le pouvoir de révoquer les gouverneurs de province par les tripatouillages constitutionnels ! Le pouvoir judiciaire est piloté par ses hommes de main si bien que Joseph Kabila est, mécaniquement, placé au dessus de la loi! Il est impossible de le juger ni de le condamner! La justice en RD Congo, c'est lui! L'armée, la police ainsi que les services de sécurité sont instrumentalisés pour être ses bras armés! D'ailleurs, dans son allocution du 17 mai 2011, Didier Etumba, son homme de main à la tête des FARDC, a fait acte d’allégeance, de fidélité, de loyauté à Joseph Kabila, au nom de l'armée et de la police! Croyez-vous que dans ces conditions, il lâchera le pouvoir s’il perd à ses élections ? La Résistance populaire a raison de rejeter ces élections et s'engage, légitimement dans la bataille en vue de mettre un terme à la dictature totalitaire de Joseph Kabila par la libération de nos institutions prises en otage! 
La forfaiture: Dans l'exercice de ses fonctions comme président de la république, Joseph Kabila a commis les actes de haute trahison avérée contre le peuple congolais et la République Démocratique du Congolais notamment en complotant avec les dirigeants criminels ruandais contre les intérêts du peuple congolais et de la République Démocratique du Congo. La liste est longue! A ce titre, il n'a plus le droit de continuer à occuper cette fonction, il doit impérativement dégager du pouvoir! Il n'a pas le droit non plus d'organiser les élections ni de s'y présenter! Pour la Résistance populaire et même la Constitution, cette haute trahison constatée met fin à toute forme de légitimité comme président de la république! Notre devoir patriotique nous impose donc de l'y chasser, même par la force, étant donné que toutes les voies légales sont prises en otages! 
Abus des biens sociaux par des détournements récurrents et impunis des fonds publics: Joseph Kabila et ses complices prélèvent, à leur guise, des sommes considérables d’argent de la banque centrale transformée en coffre personnelle! Les recettes des douanes et assises (OFIDA) disparaissent dans les méandres obscurs de la prédation! Les organisations politiques au pouvoir autour de Joseph Kabila vivent financièrement grâce à ces détournements récurrents de l’argent des contribuables congolais alors que les fonctionnaires et les travailleurs du public sont impayés! Je tiens à rappeler qu’en 2009, alors que les soldats et policiers congolais étaient impayés, Joseph Kabila avait remis au criminel ruandais James Kabarebe 250 millions de dollars américains, sortis de la banque centrale pour financer l’acte de haute trahison qualifié par le fait d’avoir autorisé, seul, l’entrée de l’armée ruandaise en territoire congolais, sans l’aval d’autres instances représentatives du peuple congolais! Cet argent a servi à financer cette opération illicite qui a eu pour résultat, la facilitation de l'infiltration massive des éléments ruandais dans notre armée! 
On peut tromper une personne, mais, jamais un peuple organisé à partir de la base pour défendre ses intérêts !


A la lumière de ce que je viens de dire, la Résistance populaire est, aujourd’hui, la voie pour sortir la RD Congo de l'impasse politique! Elle n'est pas ''l'opposition'', elle n'est pas parti politique, elle n'est pas tribale, ethnique, régionale ni corporatiste, ni raciste, elle est le rassemblement du peuple congolais organisé et uni dans sa diversité patriotique pour libérer ses institutions prises en otage par un petit groupe d'individus! ''Kabila dégage'' en est le mot d'ordre et le slogan de ralliement dans la phase de l'éveil patriotique et mobilisation! Pour ceux qui s'ingénie à tenter de diaboliser la Résistance populaire, je confirme qu'elle est prête et organisée en vue d’assumer et d’assurer, avec maîtrise, l'alternance politique, après avoir libéré les institutions prises en otage, au travers le gouvernement intérimaire non de transition ni d'union nationale! Un travail politique de fonds et de haut niveau est en cours d'élaboration par des congolais et congolaises engagés dans la Résistance populaire à travers le monde et en République Démocratique du Congo! L'objectif du gouvernement intérimaire, en dehors de la gestion du quotidien visant à améliorer la qualité de vie de nos compatriotes et à restaurer, est d'organiser les élections justes, crédibles à partir de la base et permettre aux meilleurs d'entre nous de s'exprimer librement à tous les niveaux de responsabilité! Je souligne aussi que, pour le bien de notre pays, les personnes qui seront membres du gouvernement intérimaire sont prêts, pour la crédibilité de la Résistance populaire, d‘aller jusqu’à accepter de ne pas être candidats aux élections qui seront organisées après la libération de nos institutions! Cela permettra de mettre en place des mécanismes qui permettront aux congolais d’emprunter la voie de la vraie et juste réconciliation et de l’unité nationale! Quant à ceux ou celles qui se sont déclarés candidats ou candidates aux élections présidentielles 2011, sans se poser des questions ni s'opposer à certains dispositifs contraire aux règles de la démocratie telle la dictature totalitaire, la Résistance populaire les accusent de complicité passive voire active face au pouvoir que nous soupçonnons, à raison, de corruption active pour l’achat des consciences. Ils se sont engagés pour servir de décor, d’alibi à cette mascarade servant à la confiscation du pouvoir par Joseph Kabila! 


Les personnes dépêchées par le pouvoir de Kinshasa à Paris pour contrer la Résistance populaire n'ont pas été à la hauteur des enjeux! Aphones et dépassées par les évènements, ils se sont tous évaporés dans la nature! Certains, abasourdis, jouisseurs, enfermés dans un obscurantisme structurel ambiant au Congo, n'ont découvert la réalité de ce qui s’y passe que ce jour là, au parlement français, le 16 Mai 2011! La Résistance populaire est aujourd’hui la seule force et l’espoir pour déclencher la nécessité de changement en RD Congo !


Pour terminer, Jean Kalama-Ilunga, le mardi 17 mai 2011, journée commémorative de la prise de pouvoir par Mzee Laurent Désiré Kabila et de la fin du pouvoir du maréchal Mobutu, transformée en journée des Forces armées de la RD Congo FARDC, Joseph Kabila a invité à un ’’repas’’ dit de corps au Palais de la Nation, 2500 militaires et policiers, triés au volet, et il a prononcé un discours quelque peu ’’curieux’’ à l’attention des militaires et policiers! Qu'en pensez-vous?


Jean Kalama-Ilunga: Pourquoi ''offrir'' un repas à quelques 2500 militaires et policiers alors que cet argent gaspillé pour le plaisir de quelques uns pouvait être distribué comme prime à tous les soldats et policiers? En prenant connaissance de cette pantalonnade de mauvais goût dit ''repas de corps'', ma pensée est allée vers les laissés pour compte, ces soldats et policiers exclus du droit au festin! Ces soldats et policiers qui vivent avec leurs familles dans l'oppression sociale absolue au quotidien! Ces soldats et policiers qui subissent les affres multiformes de la pauvreté subie, consécutifs à l'incurie de la mauvaise gouvernance du pouvoir de Joseph Kabila qui n'a pas su placer le congolais au centre de son action politique! Je me suis même interrogé si ce ''repas de corps'' n'était pas un piège, une occasion créée pour empoisonner certains officiers gênants! L’avenir nous le dira!


Quant à son discours adressé aux militaires et policiers, ’’démagogique’’ est le qualificatif approprié! Combien de discours irréalistes et des promesses non tenues après 5 années de mandat depuis 2006? Croyez-vous qu'en 6 mois avant la fin du mandat, Joseph Kabila va trouver les moyens nécessaires en vue de l'amélioration de la qualité de vie des militaires et policiers congolais! Mensonges! Pourtant toutes ces promesses faites à l'armée et la police sont d'ordre structurel, mais il a transformé tout cela en cadeaux présidentiels! Où est l’Etat dans tout cela? L'Etat pourvoyeur des ressources en RD Congo, est-ce donc lui Joseph Kabila, devenu donneur des cadeaux à tout bout de champ? Voilà pourquoi la Résistance populaire s'insurge contre cette réalité et s'engage à mettre un terme à ses fanfaronnades politiciennes qui ne sont qu’une tentative de fuite en avant pour gagner du temps et distraire nos vaillants militaires et policiers congolais!


Les institutions de la République Démocratique du Congo étant prises en otage par un petit groupe d'individus caciques de la prédation et traitres, piloté par Joseph Kabila, la Résistance populaire, qui n’est pas l’ennemi de militaires ni policiers congolais, lance un appel aux officiers, sous officiers, caporaux, matelots, soldats, agents de police et de sécurité congolais, de poser l’acte patriotique majeur en rejoignant, sans hésiter et sans crainte, la lutte de l’armée de Résistance populaire ARP par un engagement personnel ou collectif si possible, en vue de la libération de nos institutions! Tout comme les civils s'organisent sur le Front civil patriotique de la Résistance populaire, Il s’agit, pour chacun, militaire et policier, de se tenir prêt, là où il est affecté dans sa fonction, en évitant de s’exposer, en attendant les consignes, pour l’assaut final qui consistera à protéger les populations civiles congolaises contre les actions de stratégie de terre brûlée mise en place par Joseph Kabila et ses complices dans le cas où ça tournera mal pour lui! A ce propos, où sont donc passées les armes récupérées par Daniel Ngoy Mulunda dans son programme de Parec? Vigilance!


Propos recueillis par Info UCDP pour la Résistance populaire
26/07/2011

Service de d’information et de communication de l’Union de Congolais pour la Défense de la Patrie et du Peuple UCDP 
Publié par UCDP-info à l'adresse 02:10

 

© Copyright UCDP

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents