Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Soudan: l'opposition se donne 100 jours pour renverser Omar el-Béchir

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 9 Juin 2013, 09:47am

Catégories : #Actualite

Le président soudanais, Omar el-Béchir, s’adresse à une foule dans le nord de Khartoum, le 8 juin 2013.
Le président soudanais, Omar el-Béchir, s’adresse à une foule dans le nord de Khartoum, le 8 juin 2013.
REUTERS/Stringer

ParRFI

Au Soudan, le National Consensus Forces (NCF), la principale alliance de l'opposition soudanaise, a annoncé ce samedi 8 juin un programme d'actions pacifiques. Objectif : rétablir la démocratie en 100 jours dans un pays contrôlé depuis plus de vingt ans par Omar el-Béchir. Depuis 2012, dans la foulée du printemps arabe, il y avait eu des manifestations sporadiques à Khartoum mais elles avaient été réprimées durement par les forces de sécurité soudanaises.

Cent jours pour renverser le régime d'Omar el-Béchir : une hypothèse qui laisse sceptiques bon nombre d’observateurs de la vie politique soudanaise. Ce n'est pas la première fois que l'opposition tente de mobiliser la jeunesse à cette fin.

Il y a bien eu, depuis un peu plus d'un an, des manifestations contre la vie chère ou de défiance envers le pouvoir dans les universités à Khartoum mais aussi dans d'autres villes du pays.

Saïd Farouk Abou Issa est le chef de cette alliance, qui regroupe une vingtaine de partis d'opposition. «Nous avons un programme, un programme à la fois politique et de mobilisation de notre peuple contre ce régime, pour nous en débarrasser, pour ramener la démocratie, l'Etat de droit, restaurer l'indépendance de la justice et arrêter la guerre, harangue-t-il. Et ce programme est prévu sur 100 jours. Nous organiserons des conférences, des rassemblements politiques, nous mobiliserons notre jeunesse, les étudiants... »

Des répressions particulièrement violentes

Depuis l'indépendance du Soudan du Sud et les différents blocages sur le partage des ressources pétrolières, l'économie soudanaise a connu récession, chômage, augmentation des prix et fuite des cerveaux. Le gouvernement a été contraint d'imposer des mesures d'austérité particulièrement impopulaire. Et pourtant, l'opposition peine à mobiliser.

D'abord parce qu'à chaque manifestation, la répression est forte. Passages à tabac, arrestations : c'est tout l'appareil sécuritaire soudanais qui se met en branle. Mais aussi parce que l'opposition est divisée. Même si, au sein de cette coalition NCF, elle semble parler d'une seule voix, il y a les islamistes, les communistes, ceux qui soutiennent les insurrections au Darfour ou dans le Kordofan sud, ceux qui ne digèrent toujours pas l'indépendance du Soudan du Sud...

Pourtant, cela n'empêche pas l'opposition soudanaise de rêver à une répétition de l'histoire. Deux soulèvements populaires en 1964 et 1985 avaient en effet renversé des régimes militaires au Soudan.

«On sait qu'il y aura une répression, lâche Saïd Farouk Abou Issa. C'est ce qui s'est passé dans tous les pays. Il y aura des arrestations, certains se sacrifient. C'est normal, nous sommes habitués à cela».

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents