Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Ultimatum issu de Kampala : 48 heures au M23 pour quitter Goma !

Publié par Gabriel MANZUKULA Mjrrdcongo sur 26 Novembre 2012, 14:04pm

Catégories : #Actualite

Le Mouvement du 23 mars (M23) pensait avoir misé grand dans la participation à cet énième sommet de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs. Mais, seulement voilà, les chefs d’Etat de la sous-région ont exigé aux rebelles du M23 de quitter les positions qu’ils ont conquises, après leur dernier assaut qui s’était soldé par la chute de la ville de Goma. La déclaration finale a également indiqué que cette force négative doit se positionner à environ 20 kilomètres de la ville de Goma. Et cela, dans un bref délai de deux jours. Composée essentiellement du président RD Congolais, Joseph Kabila Kabange, de son homologue ougandais Yoweri Kaguta Museveni, du coordonnateur politique des rebelles du M23, Jean-Marie Runiga et de la ministre des Affaires Etrangères rwandaise, Louise Mushikiwabo représentant le Chef de l’Etat rwandais, Paul Kagame, empêché, la tripartite de la CIRGL a, en outre, sommé ces rebelles de stopper leur expansion territoriale et de ne plus remettre en question la légitimité du gouvernement RD. Congolais. Au chapitre de la constitution de la force internationale neutre, le Secrétaire exécutif de la CIRGL, Alphonse Ntumba Luaba, a fait savoir que l’Afrique du Sud, dont une délégation importante a pris part à la réunion du samedi 24 novembre dernier, a offert son appui logistique pour la constitution de cette force. Mais, dans l’entre-temps, une force hybride va être mise en place pour sécuriser l’aéroport de Goma tenu actuellement par la Monusco. Cette force, indique la source, comprendra de soldats des FARDC, du M23 et d’une autre force dont la composition n’a pas encore été dévoilée. Quant à la police de Goma, la déclaration a recommandé qu’elle soit réarmée, pour reprendre ses activités à Goma. De son côté, Jean-Marie Runiga, Chef politique du M23 qui a rencontré le Président Kabila, en présence de Yoweri Museveni, a dit que le principe de négociations a été accepté. Même s’il a, particulièrement, réitéré le vœu des rebelles exigeant que ces négociations soient élargies à l’Opposition, à la Société civile et à la diaspora. Ceci laisse entrevoir encore d’autres pourparlers entre Kinshasa et le M23 en vue de définir les modalités pratiques de ces négociations. A l’issue de cette réunion importante, Kinshasa s’est dit satisfait de ces décisions. Le même son de cloche a été entendu du côté rwandais. Louise Mushikiwabo qui y représentait personnellement Paul Kagame parle, elle, d’une première avancée importante, le décor étant planté, pour la suite de ces contacts appelés à accorder les violons dans la perspective d’étudier les voies et moyens devant permettre aux populations meurtries du Nord et Sud-Kivu, de retrouver la paix et de vaquer librement à leurs occupations. Pour l’essentiel, il y a lieu de retenir que les Chefs d’Etat de la sous-région, ont demandé au gouvernement congolais de prêter l’oreille aux revendications du M23. Notamment, en écoutant, évaluant et apportant une réponse à ses doléances sur base de l’accord du 23 mars 2009 conclu entre le gouvernement et le CNDP. A présent, ce mouvement rebelle tiré des décombres du Conseil National pour la Défense du Peuple (CNDP), l’ex-rébellion menée par Laurent Nkunda, n’a pas encore répondu aux nouvelles décisions que la CIRGL a prises. A en croire un bon nombre d’analystes, la prise de Goma aura été un facteur clé dans les enjeux. Maintenant qu’ils sont sommés de replier à 20 kilomètres de la ville de Goma, Kabila réussirait ainsi à sauver l’essentiel, en obtenant l’abdication de la volonté des rebelles à son extension territoriale et, même, plus loin, à rechercher le renversement ‘’éventuel’’ du régime. M23 coincé par la CIRGL Visiblement, l’accès à la table des négociations ou encore à la simple audition des revendications passe par l’abandon de Goma. C’est ce qu’a souhaité la CIRGL, avant que Kinshasa n’amorce un quelconque rapprochement avec les rebelles. Or, c’est dans cette position d’occupation de la capitale du Nord-Kivu qu’ils ont vraiment fait monter les enchères, à tel point que la nature des revendications changeait au gré de conquêtes de quelques localités. Puisque l’ultimatum expire ce lundi 26 novembre, les yeux de la CIRGL sont rivés sur Goma, pour constater le retrait des hommes dirigés par le fameux Colonel Sulutani Makenga, lui-même, absent à Kampala et privé de certains droits, dont celui de voyager à l’étranger, par les Etats-Unis et l’Onu. 

© Copyright La Prospérité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents