Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Le blog de gmanzukula-alternatif-congolais.over-blog.com

Dans ce blog, il sera question de publier toutes les réflexions, articles, commentaires et opinions à caractère socio-économiques, politiques, culturels et religieux.


Candidature unique de l’Opposition: Etienne Tshisekedi favori

Publié par Mjrrdcongo sur 21 Février 2011, 09:39am

Catégories : #Actualite

*Deux raisons seraient déterminantes, pour le choix du candidat unique de l’Opposition à la présidentielle de novembre 2011. Etienne Tshisekedi les a avancées, au cours d’une conférence de presse tenue hier, en sa résidence de Pétunias, sur les hauteurs de la dixième rue, à Limeté/Résidentiel. Pour lui, en effet, le long passé dans l’Opposition et la popularité suffiraient à convaincre quiconque veut décider en âme et conscience. D’une façon générale, Etienne Tshisekedi se dit favori. Mais si les autres partenaires de l’Opposition décidaient autrement, il appréciera, le moment venu, s’il devait s’y soumettre ou se présenter, en solo, au nom de l’Udps, son propre parti. Tshisekedi qui s’est entretenu ce dimanche 20 février, dans la journée, avec Vital Kamerhe, entend élargir les mêmes contacts à tous les partis de l’Opposition justifiant d’une assise réelle sur terrain. Il exclut, par ailleurs, de perdre du temps avec les partis constitués seulement du Président, de son épouse et de ses enfants. Il confirme, enfin, son meeting du 24 avril prochain, pour célébrer la victoire de la démocratie sur la dictature en RD. Congo. Dans le texte, ci-après, il aborde, au fait, quatre sujets essentiels : Front commun de l’Opposition, Sécurité et climat des affaires, Médias et Elections. En quatre pages, format A4, Tshisekedi s’explique et se coupe en quatre morceaux dans la perspective d’arrondir sans nul doute ses angles, à quelques mois des empoignades électorales. Dépassé le 6 décembre 2011 sans élection présidentielle, l’Udps, réaffirme-t-il, tirera toutes les conséquences. Union pour la Démocratie et le Progrès Social Présidence du Parti Conférence de presse du 20/02/2011 I. De l’unité d’actions des forces politiques acquises au changement 1. Comme vous le savez, j’ai consacré une tranche importante de ma vie au combat pour le changement du système de gouvernance dans notre pays. Ce choix m’a valu des humiliations, des tortures, des emprisonnements, des relégations, des reniements, des trahisons et tant d’autres désagréments. 2. Néanmoins, au prix d’innombrables sacrifices de tout le peuple congolais, la constance de cette lutte déclenchée au début des années quatre-vingts a permis d’arracher le multipartisme intégral à la fin de la même décennie. Hélas, depuis lors, le processus démocratique n’en finit pas de balbutier. 3. Mais l’heure a sonné de voir, enfin, les choses changer dans ce pays en pleine déliquescence. J’affirme aujourd’hui que le pouvoir est à portée de l’opposition pour une alternance crédible. Voilà pourquoi le peuple congolais doit bien mesurer les enjeux électoraux à venir. 4. Il convient de rappeler ici, que le 11 décembre, lors de la cérémonie d’ouverture du Premier Congrès de l’Udps notre parti, j’ai lancé un vibrant appel au regroupement des forces du changement pour une alternative crédible et productive au pouvoir actuel dépourvu de toute capacité visionnaire ; des partis politiques et des associations y répondent déjà. 5. Conscient qu’ensemble nous réussirons cette œuvre grandiose de transformation de notre société, je réitère encore aujourd’hui cet appel solennel et demande le soutien de toutes les forces du changement à ma candidature à la magistrature suprême. 6. Cette candidature procède d’une volonté inébranlable d’installer dans ce pays une gouvernement stable politiquement, fiable économiquement et solidaire socialement afin que, débarrassées des tares de la corruption et autres antivaleurs, les générations présentes et futures puissent, dans un monde interdépendant, intérioriser les notions d’intérêt général, de bien commun et d’amour du prochain. Voilà le socle d’un programme que nous devrions tous enrichir. II. De la situation sécuritaire, sociale et du climat des affaires 7. La situation sécuritaire et humanitaire de notre pays est catastrophique. Nous nous insurgeons contre : - les violences sexuelles récurrentes faites à nos concitoyennes et nos concitoyens sur toute l’étendue du territoire, et particulièrement dans l’Est du pays ; - le déplacement des populations congolaises loin de leurs terres ; - les assassinats ciblés des journalistes et activistes des droits humains ; - la recrudescence des tueries de nos enfants sur les campus universitaires. 8. La situation sociale s’empire de jour en our. La misère est indescriptible. Les fonctionnaires, les médecins, les enseignants et autres nobles professions sont mal payés, et de façon irrégulière. Plus grave encore, nos compatriotes agents de l’Etat sont l’objet d’actes humiliants et dégradants de la part de responsables politiques imperméables à la moindre compassion. Nous avons tous en mémoire la distribution par le pouvoir à des travailleurs d’un poulet pour quatre familles lors des festivités de nouvel an 2011. C’est la manifestation d’une absence totale d’humanité et de respect envers l’être humain lorsqu’on sait qu’une famille congolaise est composée en moyenne de 5 à 10 personnes. 9. L’emploi est aléatoire, le taux de chômage atteint des proportions inégalées sans que le pouvoir ne s’en émeuve pour rien au monde. L’eau et l’électricité sont devenues des denrées rares, voire des privilèges dans la plupart des contrées. Le système de santé est obsolète et inaccessible pour la majorité de notre peuple. Les maladies jadis éradiquées ont ressurgi. 10. La mauvaise gouvernance, caractérisée par la corruption, l’insécurité juridique et judiciaire, l’asphyxie fiscale, le détournement, l’impunité ainsi que le pillage de nos ressources naturelles, est érigée en mode et système de gestion jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. 11. Par conséquent, nous entendons mettre un frein à tous ces maux et fléaux qui rongent notre pays par des solutions de solidarisme et de distribution équitable de la richesse nationale. III. De la libéralisation des médias et des espaces publics 12. En ce qui concerne les médias publics, l’UDPS a toujours lutté pour l’indépendance des médias publics et leurs accès à toutes les tendances politiques. Hélas, nous constatons que les tares de la Deuxième République et de l’AFDL habitent encore les dirigeants actuels. 13. Nous dénonçons ces dirigeants qui confisquent les médias publics et censure l’opposition, se distinguant par la propagande et le culte de la personnalité d’une autre époque et organisent expressément des émissions à caractère injurieux et diffamatoire contre leurs adversaires politiques. 14. Pour ce qui concerne les espaces publics, le pouvoir persiste à jouer avec le feu par des provocations préméditées et répétées. Il y a lieu d’évoquer ici l’interdiction d’accès au Grand Hôtel faite au collectif des partis d’opposition, dont l’UDPS, le dimanche 09 janvier passé alors que les frais y afférents avaient été déjà payés. Deux autres cas récents : - Le refus opposé à l’UDPS de prendre en location l’esplanade de la FIKIN le 15 février ; - Le volte-face opposé à la Dynamique Tshisekedi Président « DTP » par la même FIKIN le 16 février. 15. Comprenez alors ma contrariété de constater, trente ans après le déclenchement de la lutte pour la démocratie et l’état de droit, que le pouvoir en place persiste dans sa dérive totalitaire. On empêche l’opposition de s’exprimer librement, on révise la Constitution de manière cavalière, on tue impunément les citoyens, on s’enrichit scandaleusement sur le dos du peuple congolais… IV. De l’Organisation et de la sécurisation des élections 16. Pour notre part, nous souhaitons des élections transparentes, inclusives, libres et régulières qui se dérouleront en trois étapes : • Les opérations préélectorales. Nous sommes en faveurs de l’accès de tous les partis au fichier électoral. A ce sujet, je m’indigne de la lenteur du processus de révision du fichier électoral. • Les opérations électorales. Nous recommandons un traitement égal de tous les candidats. Dans le cadre du renouvellement du mandat de la Monusco, nous demandons que la sécurisation des élections et des candidats fasse l’objet d’une attention particulière. • Les opérations postélectorales. Dans le cadre du renouvellement du même mandat, nous demandons que la certification des élections soit assurée par la Monusco. 17. Nous reconnaissons à sa juste valeur l’implication responsable de la Communauté internationale dans le processus électoral et l’encourageons à continuer de s’impliquer dans le financement et l’organisation des élections en RDC en veillant, à travers des observateurs de l’Union Européenne, de la Francophonie, de l’Union Africaine, de la SADC, etc., à la transparence et à la régularité du processus électoral. 18. A notre peuple, nous lui demandons d’être très vigilant, de s’assurer et de veiller à ce qu’on ne lui vole pas ses voix au profit de personnes qu’il n’aura jamais choisies. 19. A nos militaires, policiers et agents de l’ordre, nous leur rappelons leur serment devant la nation et les exhortons à jouer pleinement leur rôle républicain. Fait à Kinshasa, le 20 février 2011. Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA PRESIDENT 

© Copyright La Prospérité

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents